Google propose un encodeur open-source qui comprime des images JPEG pour obtenir des fichiers 35 % plus réduits que la norme en conservant une bonne qualité visuelle. Le traitement est plus long à appliquer mais permettra, s'il est adopté par le plus grand nombre, d'augmenter la vitesse d'affichage de contenu sur Internet.

Intégrer des images sur un site ou une appli sans qu’elles mettent trop de temps à s’afficher oblige souvent de recourir à des conversions qui leur font perdre en qualité visuelle. Google cherche à dissoudre cet écueil numérique grâce à un encodeur open-source — disponible sur Github — qui permet d’obtenir des images JPEG 35 % moins lourdes que les plus courantes sans trop perdre en qualité.

L’outil, appelé Guetzli (« biscuit » en allemand), s’appuie sur un algorithme qui repère les pixels les moins importants pour l’image pendant l’étape de quantification afin de n’en conserver que les indispensables. Une innovation qui permet d’aboutir à un fichier préservé au mieux en contrepartie d’un temps de traitement bien plus long que les outils de conversion les plus courants.

Guetzli s’inscrit dans la lignée des différents outils lancés par Google pour simplifier la vitesse de chargement des contenus sur Internet, qu’il s’agisse de WebP ou de RAISR.

Une image à son format original sur la gauche, comprimée par libjpeg au centre et enfin par Gutzli à droite.

Une préférence notable à l’œil

Google explique que son IA fonctionne de manière similaire à Zopfli, un autre système utilisé pour comprimer des fichiers PNG et gzip en conservant le même format.

Les différents tests effectués par l’entreprise américaine avec des observateurs ont prouvé que les images de Guetzli étaient souvent préférées à celles comprimées par le système de libjpeg, y compris quand ces dernières bénéficiaient de plus grandes dimensions.

Partager sur les réseaux sociaux