Le groupe PSA Peugeot Citroën s'est engagé dans un partenariat stratégique avec Divergent 3D, une société de Los Angeles spécialisée dans la conception de chassis de voitures par assemblage de pièces de structures imprimées en 3D. Objectif : des voitures plus rapides à construire, plus légères, et donc plus performantes.

Le groupe PSA a annoncé la signature d’un accord avec la startup américaine Divergent 3D, spécialisée dans la conception de « micro-usines » basées sur des procédés d’impression 3D en métal. «  Divergent 3D propose des solutions novatrices pour la conception et la fabrication de structures complexes telles que les voitures. Le Groupe PSA s’appuiera sur la technologie révolutionnaire de Divergent 3D et développera avec elle un partenariat à long terme. Cette association contribuera à accroître l’efficience industrielle du Groupe PSA dans la production par impression 3D », indiquent les deux partenaires dans un communiqué.

La startup a inventé une plateforme logicielle et matérielle de conception des voitures, qui se base sur l’impression 3D de joints métalliques, appelés « nodes », qui permettent de relier entre eux des éléments de structure en fibre de carbone. L’ensemble du chassis ainsi réalisé est aussi solide voire plus solide qu’une voiture traditionnelle, mais peut être assemblé en quelques minutes et avec un poids plus léger, qui permet donc d’économiser en énergie (qu’il s’agisse de réduire la consommation en essence ou d’augmenter l’autonomie d’une voiture électrique).

Sur son site, Divergent 3D présente un prototype de voiture assemblée avec cette technologie (ou plutôt sel nous des représentations photoréalistes…), la Blade Supercar, qui démontre également la liberté de design offerte par les nodes. La société affirme que le véhicule recouvert d’un matériau composite pèse 694 kg seulement, et qu’elle est capable d’aller de 0 à 60 miles par heure en 2,5 secondes avec un moteur 4 cylindres de 700 chevaux.

blade-supercar

blade-supercar2

« Nous avons la conviction que ces avancées spectaculaires dans le domaine de l’impression 3D permettront à notre Groupe de se positionner en leader du process de fabrication automobile », explique Carlos Tavares, le président de PSA Peugeot Citroën. « Nous disposons du potentiel pour optimiser notre empreinte industrielle, réduire le poids total du véhicule ainsi que la complexité de fabrication tout en nous permettant une flexibilité quasi infinie en termes de conception. Il s’agit d’une transformation radicale pour notre activité ».

Même s’il n’en est pas fait état, il est très probable que le partenariat inclut une prise de participation de PSA (voire une acquisition) dans la startup basée à Los Angeles. Le communiqué parle d’ailleurs d’une « lettre d’intention », ce qui est un vocabulaire d’avantage associé aux opérations financières de rachats qu’à de simples partenariats entre entreprises indépendantes.

PSA était déjà partenaire de Divergent 3D, mais son poids devrait permettre de passer plus rapidement de la conception à la mise en production, avec les autorisations nécessaires pour passer toutes les certifications de sécurité exigées, et obtenir les licences.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés