Le très haut débit est désormais à portée de 15 millions de logements, révèle l'Arcep dans son observatoire pour le deuxième trimestre.

Le déploiement du très haut débit fixe poursuit son petit bonhomme de chemin en France. C’est ce que montre le nouvel observatoire de l’autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep), publié chaque trimestre. Il révèle qu’à la fin juin 2016, l’Hexagone comptait 4,8 millions d’abonnements au très haut débit. C’est 500 000 de plus qu’à la fin 2015.

Indéniablement, le nombre de clients entrant dans le très haut débit progresse mais à un rythme mesuré. Il pourrait y avoir pourtant bien plus d’internautes profitant des joies de la navigation à 30 Mbit/s ou plus (il s’agit du seuil à partir duquel on estime que l’accès à Internet est en très haut débit). En effet, l’observatoire indique que 15,1 millions de foyers sont éligibles à cette vitesse.

THD éligibilité
La situation au 2e trimestre 2016.

Derrière l’appellation de très haut débit sont regroupés la fibre optique fibre optique de bout en bout mais aussi les réseaux avec terminaison en câble coaxial ou encore cuivre VDSL2 quand l’abonné est situé suffisamment près de l’équipement de l’opérateur pour bénéficier d’un débit suffisant. Sur les 4,8 millions d’abonnements au très haut débit, la fibre optique occupe un très gros tiers (36,8 %) du parc.

Dans le cadre du plan établi par la mission France Très Haut Débit, l’objectif est d’atteindre le seuil des 50 % des foyers en très haut débit en 2017 et celui des 100 % en 2022. Selon Jean-Michel Baylet, le ministre de l’aménagement du territoire, la France est en avance : en début de semaine, l’intéressé estimait que le cap des 50 % des foyers devrait être franchi d’ici la fin de l’année.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés