La startup nuTonomy est la première au monde à offrir un service de taxis robots, dans un quartier d'affaires de Singapour. Une expérimentation avant un déploiement mondial progressif, réalisée avec des voitures Renault Zoe modifiées.

Il y a quelques mois, nous rapportions que la startup américaine nuTonomy testait ses taxis autonomes à Singapour, d’abord sur des parcours fermés avant de les déployer sur les routes d’un quartier d’affaires, où le gouvernement local a autorisé les expérimentations en conditions réelles de fonctionnement.

Depuis ce jeudi, les premiers taxis robots sont effectivement entrés en fonctionnement, et devraient permettre à l’entreprise de prendre de l’avance sur Uber, Tesla ou Google, qui prévoient eux-aussi des services de transport individuel à la demande, pilotés par des intelligences artificielles.

« À partir d’aujourd’hui, certains résidents de Singapour seront invités à utiliser l’application de nuTonomy pour commande une course gratuitement dans une voiture autonome qui utilise le logiciel sophistiqué de l’entreprise, qui a été intégré avec des composants de capteurs et de calcul de haute performance », annonce la startup dans un communiqué. Elle précise que deux types de véhicules électriques ont été adaptés pour fournir ce servir, des Renault Zoe et des Mitsubishi i-MiEV.

renault-zoe

Pendant la période de test, un ingénieur restera à bord du véhicule pour s’assurer que tout se déroule comme prévu, et prendre le volant manuellement en cas de problème.

Nutonomy prévoit un déploiement commercial de son service de « robo-taxi » en 2018. D’ici là, il compilera un maximum de données avec les clients cobayes. D’autres tests ont lieu, pour l’instant sans clients, aux États-Unis et en Grande-Bretagne.

La startup a été cofondée par Emilio Frazzoli, un professeur du MIT spécialisé dans aéronautique et l’astronautique, qui avait mis au point auparavant des algorithmes capables de coordonner toute une nuée de drones de l’armée américaine, et conçu pour elle des véhicules autonomes. En 2014, il a publié une étude qui affirme que 300 000 robots taxis suffiraient à remplacer l’ensemble des 780 000 taxis singapouriens, pour aider à décongestionner la ville.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés