La startup américaine nuTonomy teste actuellement à Singapour des taxis automatisés, qui pourraient bientôt remplacer les chauffeurs humains.

L’avenir n’appartient ni aux taxis, ni aux chauffeurs VTC, mais aux robots et (surtout) à ceux qui les possèdent. Robothub rapporte ainsi qu’une startup américaine issue du Massachussets Institute of Technology (MIT), nuTonomy, est en bonne voie pour faire circuler ses premiers robots-taxis à Singapour, en attendant de conquérir le monde.

La startup a réussi la semaine dernière à passer avec succès un premier test, consistant à passer un parcours d’obstacles sans incidents. Elle prévoit dans les prochaines semaines ou les prochains mois de passer un nouveau test à One North, un quartier d’affaires de Singapour dans lequel peuvent avoir lieu légalement des essais de voitures autonomes.

nutonomy

Le gouvernement local mise en effet beaucoup sur le développement des voitures automatisées, et fait tout pour attirer les industriels. La ville espère que ses problèmes de congestion routière — aggravés par une croissance importante de la population — seront en partie résolus par des algorithmes tels que ceux développés par nuTonomy, qui permettent d’optimiser les trajets de chaque véhicule en fonction des besoins des passagers.

Une fois les tests achevés, nuTonomy espèce pouvoir mettre plusieurs milliers de taxis automatisés en circulation à Singapour dans les prochaines années, en partenariat avec des constructeurs.

Décongestionner les centres-ville

Car contrairement à Uber, Tesla ou (a priori) Apple, nuTonomy ne construit pas ses propres voitures, mais se concentre sur le logiciel qui permet de les piloter et de gérer toute une flotte de façon optimum. Elle revend ensuite ce service à des marques et des industriels automobiles. Un contrat a ainsi été signé avec Jaguar Land Rover.

Le co-fondateur et directeur technique de la startup, Emilio Frazzoli, est un professeur du MIT spécialisé dans aéronautique et l’astronautique, qui a mis au point auparavant des algorithmes capables de coordonner toute une nuée de drones de l’armée américaine. Il a également travaillé pour l’armée sur des véhicules autonomes, avant de rejoindre l’Alliance MIT-Singapour en 2009.

Emiliano Frazzoli
Emiliano Frazzoli

Il y a deux ans, Frazzoli a publié une étude qui affirme que 300 000 robots taxis pourraient remplacer 780 000 taxis humains à Singapour, sans aucune perte pour la disponibilité des véhicules. Un argument qui a bien sûr séduit le gouvernement de Singapour. « D’abord c’est nous qui leur avions demandé de nous laisser tester des voitures là bas. Et puis ensuite ce sont eux qui nous ont demandé de venir les tester », raconte Emilio Frazzoli.

Le chercheur-entrepreneur note par ailleurs que les robots, qui n’ont pas besoin d’être rémunérés, coûteraient moins chers à leurs utilisateurs que les taxis. Même s’il refuse d’y voir une mise au chômage des chauffeurs humains, on peine à voir comment ce pourrait être autrement dans les décennies à venir.

NuTonomy n’est bien sûr pas la seule startup sur ce marché. On se souvient que l’an dernier, c’est DeNA qui a pu tester un service de robots taxis au Japon, destiné aux personnes âgées. Citons également Drive.ai spécialisé dans l’intelligence artificielle pour voitures autonomes, Zoox, ou Nauto.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés