Tous les designers de concept cars ont imaginé des voitures sans rétroviseur apparent. Ce sera dès cette année une réalité au Japon, et sans doute aussi en Europe d'ici quelques années.

Depuis des décennies, les conducteurs ont pris l’habitude de regarder à gauche et à droite les miroirs qui sont fixés de chaque côté du véhicule, pour voir si la voie est libre. Mais les rétroviseurs pourraient bientôt disparaître, pour le plus grand plaisir des designers qui perçoivent ces petites oreilles comme d’inutiles contraintes imposées à leur imagination — il suffit de rechercher des images de « voitures futuristes » dans Google pour voir que les rétroviseurs sont presque systématiquement supprimés.

Le site site Autonews rapporte en effet que le Japon est le premier pays au monde à avoir autorisé le mois dernier les constructeurs automobiles à remplacer les rétroviseurs traditionnels par des caméras et des écrans intérieurs. Si la technique est prête depuis de nombreuses années, les législateurs n’avaient jusqu’à présent jamais osé faire le pas, estimant que les conditions de sécurité n’étaient pas encore suffisamment réunies pour se passer de la réflexion de la lumière sur un miroir, au profit de l’affichage de pixels.

L’équipementier français Valeo prévoirait lui aussi de fournir le même type de rétroviseur numérique

Grâce au changement de régulation, l’équipementier japonais Ichikoh spécialisé dans les phares et les rétroviseurs a commencé le 28 juin dernier à produire des rétroviseurs intérieurs entièrement numériques, qui seront assemblés dans le courant de l’été sur les nouvelles voitures d’un constructeur dont le nom est encore gardé encore secret. Il s’agit pour le moment de remplacer le rétroviseur central qui permet de voir à l’arrière de la voiture (ce que Nissan proposait déjà depuis 2014, avec la possibilité de passer facilement du miroir au numérique). Mais dans Ichikoh a d’ores et déjà prévu de produire aussi des caméras et des écrans qui permettront de voir sur les côtés du véhicule, et donc de supprimer les rétroviseurs extérieurs.

Et en France ?

Ichikoh est un partenaire industriel de l’équipementier français Valeo, qui prévoirait lui aussi de fournir le même type de rétroviseur numérique, lorsque la législation européenne le permettra. Ce pourrait n’être qu’une question de mois.

Par rapport aux rétroviseurs à base de miroirs, les caméras et écrans auraient plusieurs avantages, notamment en terme de sécurité, en offrant un angle de vue très supérieur, qui éviterait les angles morts. Il est aussi possible d’adapter l’affichage, par exemple pour mieux voir la nuit, avec l’utilisation de caméras infra-rouge. Enfin, la suppression des rétroviseurs sur le côté de la carrosserie permettrait de gagner légèrement en poids et en aérodynamique, ce qui ferait économiser de l’essence ou de la batterie.

Il faudra voir en revanche comment les écrans seront disposés sur le tableau de bord, et si les conducteurs peuvent s’habituer à ne plus tourner la tête pour doubler. Faut-il conserver un écran distinct de chaque côté, ou offrir une vue unique et panoramique de tout le contour de la voiture, sur un écran central ? La réponse, sans doute, d’ici quelques années.

Un prototype de rétroviseur numérique
Un prototype de rétroviseur numérique

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés