L'abandon des puces Atom Sofia et Broxton sonne comme un aveu de défaite de la part d'Intel. L'entreprise américaine n'a jamais su imposer ses processeurs sur le marché des smartphones et des tablettes.

Des milliards de dollars dépensés en vain. Intel a décidé de mettre fin à ses plateformes Atom Sofia et Broxton dédiées aux supports mobiles. Autrement dit, le fondeur abandonne le marché des systèmes sur une puce (SoC, pour system on a chip). Cet aveu d’échec peut s’expliquer par la concurrence trop rude des processeurs ARM fabriqués par le concurrent Qualcomm. En effet, Intel, arrivé trop tard sur ce marché, n’a jamais pu rattraper son retard. À noter que les puces Atom X5 Cherry Trail ne survivront pas non plus et seront remplacées par les processeurs Celeron et Pentium Apollo Lake, destinés au PC hybrides.

Cet abandon survient dans un contexte de profond remaniement au sein d’Intel. L’entreprise a en effet annoncé, fin avril, la suppression de 12 000 emplois (11 % de ses effectifs).

Intel a décidé de concentrer ses efforts sur le développement de puces et modems 5G. L’entreprise américaine compte également miser sur des marchés jugé plus prometteurs tels que l’Internet des objets (IoT) et le cloud computing. Dans un post de blog, le CEO d’Intel, a affirmé vouloir à « aller de l’avant et développer au maximum la connectivité entre les objets ». Selon lui, Intel sera «  le leader des systèmes 5G », qui, pour rappel, est une norme encore beaucoup discutée aujourd’hui mais qui a été définitivement pensée pour les objets et périphériques connectés.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés