L'opérateur historique Orange a annoncé à l'ARCEP son intention de couper progressivement le Réseau Téléphonique Commuté vieillissant.

Les lignes téléphoniques telles que nous les connaissons sont amenées à connaitre le même destin que la télévision hertzienne. Orange a en effet annoncé à l’ARCEP (l’Autorité de Régulation des Communications Électroniques et des Postes) son intention de mettre à terre le Réseau Téléphonique Commuté (RTC pour les intimes). Concrètement, il sera impossible d’utiliser un téléphone fixe directement branché à la prise téléphonique, il faudra systématiquement passer par une box ADSL ou Fibre.

Une nécessité technique

L’opérateur historique a évoqué comme raison l’impossibilité d’entretenir l’infrastructure vieillissante du réseau. Il devient de plus en plus difficile de faire les réparations dans la mesure où les équipementiers des télécoms ne produisent plus certaines pièces nécessaires au fonctionnement du réseau, comme les commutateurs.

Qui plus est, nombre d’ingénieurs connaissant le fonctionnement du réseau sont sur le point de partir en retraite. Pour l’opérateur, former les nouvelles générations de techniciens à une technologie désuète est un non-sens et il préfère tout simplement mettre fin au réseau.

Une coupure progressive

Le pourcentage de lignes qui ne possèdent qu’un abonnement RTC ne cesse de se réduire avec la démocratisation des offres Triple Play (-12 % depuis 2012). Mais si vous possédez une des 10,9 millions de lignes encore en service, rassurez-vous, le réseau ne va pas simplement disparaitre du jour au lendemain. Orange doit prévenir les usagers du réseau au moins cinq ans avant d’arrêter le réseau. Cela devrait laisser assez de temps aux personnes concernées pour trouver une solution. Les nouvelles souscriptions de lignes seront par contre impossibles passé le quatrième trimestre 2018.

Dans un calendrier prévisionnel, Orange estime que les premières coupures pourraient avoir lieu d’ici 2021 :

macgpic-1455789442-9119979707662-sc-jpt

Des difficultés pour les services d’urgence

Le principal problème lié à l’arrêt du RTC concerne les services d’urgence. En effet, beaucoup d’entre eux utilisent encore une ligne RTC qui présente l’avantage de rester opérationnelle même lors d’une coupure de courant. Les lignes de secours des ascenseurs et des alarmes sont les principales concernées et leurs exploitants devront trouver des solutions alternatives d’ici les prochaines années. On imagine que les exploitants fourniront des alternatives à base de réseau mobile, mais celles-ci seront inefficaces si une coupure électrique touche les antennes relais.

En connaissance de cause, il sera peut-être avantageux de migrer rapidement vers un nouveau système dans la mesure où les prix proposés par les installateurs d’alarmes et les ascensoristes risquent de grimper sous la demande des usagers.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés