Facebook annonce la construction d'un second centre de données en Europe. Il se trouvera en Irlande.

Très populaire en Amérique du Nord, Facebook l’est aussi en Europe. Aussi n’est-il pas très surprenant d’apprendre que le réseau social américain s’emploie à consolider sa présence de ce côté-ci de l’Atlantique. Ainsi, après l’achèvement d’un premier centre de données à proximité du cercle Arctique, au nord de la Suède, un second chantier va maintenant débuter. Mais dans un autre pays, cette fois.

Le site communautaire tient en effet à installer son nouveau centre de données en Irlande, là où se trouve déjà son siège européen. Le data center se trouvera non loin du petit village de Clonee, près de la côte Est du pays.

Data Center Facebook Irlande
À quoi ressemblera le futur data center irlandais de Facebook.

Cette installation devra être un modèle d’approvisionnement et d’économie électriques, afin d’avoir l’empreinte écologique la plus légère possible.

Pour cela, Facebook compte jouer sur deux tableaux.

D’abord, le réseau social va mettre à profit les fruits du projet Open Compute, qui consiste à mettre au point des centres plus écologiques, plus économiques et plus performants par l’utilisation de composants moins énergivores, par le réagencement des installations ou en repensant le matériel lui-même. L’initiative séduit : des firmes comme Microsoft, Intel, HP, Nokia ou Samsung l’ont rejointe depuis.

Ensuite, le data center va clairement miser sur les sources d’énergie renouvelables. Dans le cas de l’Irlande, c’est l’éolien qui sera exploité en priorité. Selon Facebook, le pays bénéficie d’une exposition suffisante aux vents pour mettre sur pied un centre entièrement alimenté par des énergies non polluantes.

Open Compute et sources d’énergie renouvelables, les deux axes de Facebook.

L’objectif de Facebook est de basculer au moins 50 % de l’approvisionnement électrique de ses infrastructures dans les sources d’énergie renouvelables d’ici la fin 2018. Outre les deux centres de données en Europe, Facebook en possède quatre aux États-Unis. Le site prévoit d’en construire un cinquième dans les années à venir.

Dans le rapport établi au printemps 2015 par Greenpeace, Facebook est classé parmi les bons élèves même si sa note générale est encore largement perfectible. Apple et Yahoo ont de meilleures notes, mais pas Google, Microsoft et Amazon. Le gaz naturel, le charbon et le nucléaire sont encore utilisés par la firme de Mark Zuckerberg. En 2011, une collaboration a été signée entre Facebook et Greenpeace.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés