En janvier 2000, Baidu prend racine dans une Chine qui se relie à Internet. Face à son concurrent américain Google, Baidu a deux avantages : être chinois dans un pays encore très protectionniste et une avance technologique considérable dans la recherche en mandarin.

contre google, la recherche en mandarin

Les fondateurs de Baidu ont fait leurs études entre la Chine et les États-Unis, faisant en effet partie d’une génération qui a vécu l’ouverture de l’Empire du milieu à la mondialisation. Forts de leurs expertises sur les nouvelles technologies, ils lancent au début des années 2000 un moteur de recherche concurrent de Google sur le territoire chinois.

Dans une Chine qui se relie progressivement au monde via Internet, Google est un pionnier en difficulté. Non seulement le gouvernement chinois tente de faire plier le moteur américain sur la censure, mais les technologies de Mountain View ne sont pas encore au point sur la recherche en mandarin et en caractères asiatiques.

C’est surtout cet élément qui déclenchera la popularité de Baidu en Chine et dans les pays voisins, le moteur chinois étant technologiquement plus en mesure que Google de naviguer et répertorier le web sinophone, essentiellement écrit en idéogrammes. Au milieu des années 2000, Baidu remporte ainsi la majorité des parts de marché, alors que Google ne s’élève plus qu’à une vingtaine de pourcents. La recette de la firme pékinoise est résumée dans son slogan : « Baidu connaît mieux les Chinois ».

un chinois à new-york

Pour sa rentrée en bourse en 2006, Baidu choisit – fait rare pour une entreprise chinoise – le NASDAQ. Lors de son premier jour de cotation, l’action prend plus de 300 % de sa valeur. Une performance insolente pour une entreprise encore largement inconnue en Occident.

C’est à la fin des années 2000 que Baidu traverse un des plus gros scandales de son histoire. Son business model, fondé sur le Pay4Placement, littéralement « payer pour l’emplacement », permet aux entreprises et sites de payer pour choisir exactement la position de référencement sur le moteur… sans que ce dernier n’indique aux internautes qu’il s’agit d’une proposition publicitaire. L’affaire éclate lorsque de nombreuses recherches renverront à des sites de ventes illégales de médicaments. Prise dans la tourmente médiatique, l’entreprise change sa manière d’afficher sa publicité.

Mais Baidu reste une entreprise aux pratiques paradoxales. Le moteur se plie à toutes les directives du Parti unique concernant la censure, non seulement dans ses recherches (certaines renvoient simplement à un message indiquant que votre requête n’est pas autorisée) mais aussi sur Baidu Baike, un Wikipedia-like privé et censuré. Tout en dérogeant au droit d’auteur, puisque Baidu ne filtre pas le contenu illégal tel les MP3 ou films piratés.

L’avenir d’un géant international

Il est désormais acquis, malgré sa mauvaise réputation, que Baidu est un des nouveaux géants de la tech à l’échelle du globe, trouvant sa place financière et technologique à côté des Facebook et Microsoft. Son expansion en Chine et en Extrême-Orient ne faiblit pas et ses investissements dans la recherche sont souvent salués lors des concours dédiés.

Car il serait trompeur de résumer Baidu à un Google-like dont la plus-value ne serait que politique. L’entreprise pékinoise garde une avance technologique considérable dans beaucoup de secteurs, notamment le machine-learning où ses algorithmes sont très développés.

Enfin, Baidu est aussi une star montante de la voiture autonome. La firme communique abondamment sur le sujet et se retrouve souvent au centre des projecteurs pour ses progrès en matière d’intelligence artificielle.

Partager sur les réseaux sociaux