Parmi les 7 exoplanètes qui gravitent autour de l'étoile naine Trappist-1, 3 pourraient potentiellement abriter de la vie au vu des traces d'eau repérées par une équipe internationale de chercheurs.

6 mois à peine après la découverte remarquée de 7 exoplanètes autour de l’étoile naine Trappist-1, les dernières découvertes scientifiques autour de ce système viennent renforcer la possibilité qu’elles puissent abriter de la vie — contrairement à ce que pense la Nasa.

Une équipe internationale d’astronomes a en effet utilisé le télescope spatial Hubble de l’Agence spatiale américaine et de l’Agence spatiale européenne (ESA), à la recherche de signes aquatiques sur ces exoplanètes. Résultat : les planètes les plus éloignées du système abriteraient encore d’importantes quantités d’eau, selon les observations menées sur le rayonnement ultraviolet grâce à Hubble.

Une perte équivalente à 20 océans terrestres

Vincent Bourrier, membre du Pôle national de recherche PlanetS à l’Université de Genève, explique : «  Le rayonnement ultraviolet est un facteur très important dans l’évolution atmosphérique des planètes. Comme dans notre propre atmosphère, […] le rayonnement ultraviolet stellaire peut dissocier la vapeur d’eau en hydrogène et en oxygène. »

En l’occurrence, les exoplanètes les plus proches — et notamment TRAPPIST-1b et TRAPPIST-1c — pourraient avoir perdu une quantité colossale d’eau au fil du temps : l’équivalent de 20 océans terrestres. Les chances de trouver des planètes contenant de la vie sont plus fortes sur les planètes les plus éloignées du système.

Partager sur les réseaux sociaux