Grâce à une vente de la startup Designer Carbon Materials, les fullerènes endohédriques se hissent à la deuxième place des matériaux les plus chers du monde.

Il se peut que vous découvriez l’existence des fullerènes endohédriques : rassurez-vous, a priori, si vous n’avez pas conçu une horloge atomique ou un GPS ultra-précis une fois dans votre vie, vous n’avez eu aucune raison de croiser ces petites choses. Toutes petites choses même : un fullerène est une molécule composée de carbone qui peut prendre plusieurs formes et notamment des sphères ou des tubes. Quand ils sont dits endohédriques, c’est quand ils renferment à l’intérieur de leur maillage des atomes, des ions ou des agrégats supplémentaires. Et depuis aujourd’hui, il s’agit du deuxième matériau le plus cher du monde.

Er2@C82-150x150En vendant 200 microgrammes de fullerènes endohédriques pour 33 400 dollars, la startup anglaise Designer Carbon Materials a placé la barre très haut : un gramme de ce matériau coûte donc 1,67 million de dollars, comme le rapporte Ars Technica. Cela le place en deuxième position juste derrière l’antimatière, estimée à 41 trillons de dollars par gramme selon la Nasa. Comme la synthèse de fullerènes eodhédriques est particulièrement difficile, ce sont les chimistes qui en sont capable qui en fixent le prix — le rêve de toute startup. Aujourd’hui, l’entreprise qui a réalisé la vente peut produire à peu près 0,5 grammes de matériau par jour, dans des versions de moins bonnes qualité qui ne contiendront pas toutes un atome dans la cage de carbone.

D’après Designer Carbon Materials, ces molécules vont permettre de faire des horloges atomiques de poche qui pourraient être une révolution pour la téléphonie ou l’automobile intelligentes. Car avec de telles horloges, il sera possible de faire des GPS miniatures précis au millimètre près : c’est à peu près ce qui manque aujourd’hui à Tesla ou à Google pour déterminer la position la plus fidèle d’un véhicule autonome.

Capture d’écran 2015-12-11 à 16.31.44

Mais avant cela, il va falloir trouver un moyen d’industrialiser la production des molécules pour qu’elles puissent être achetées par d’autres organismes que des laboratoires d’étude. C’est un objectif que s’est fixé le docteur Kyriakos, fondateur de Designer Carbon Material qui a déjà planché douze ans sur la synthèse de fullerènes endohédriques.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés