Nintendo n'apprécie pas le marché de la revente, où certains revendeurs commercialisent des produits beaucoup plus cher en profitant des ruptures de stock. Première concernée : la NES Classic Mini, dont Nintendo a annoncé un renouvellement inattendu des stocks pour l'été 2018.

« Je vous recommanderais de ne pas payer plus cher une SNES Classic Mini sur un site d’enchères. Vous n’avez pas à payer plus de 79,99 $  ».

Reggie Fils-Aimé vit dans le monde des bisounours, un monde où aucun produit désirable n’est en rupture de stock et où personne ne profite d’une disette pour s’en mettre plein les poches.

Mais, à quelques jours du lancement de la SNES Classic Mini, le président de la branche américaine de Nintendo cherche avant tout à rassurer les futurs acquéreurs. Face au succès massif de la NES Classic Mini, la firme nippone a revu ses exigences avec une production à la hausse, ce qui veut dire qu’on devrait en trouver plus facilement et pendant plus longtemps.

Nintendo veut tuer le marché gris

Pour autant, la communication du ponte de Nintendo reste étonnante. Car c’est bel et bien de la faute du constructeur si les prix se sont envolés sur le marché gris et si plusieurs infortunés ont dû justement mettre des fortunes pour acquérir la NES Classic Mini, dont l’offre n’était pas suffisamment ajustée à la demande. Le souci sera-t-il évité avec la SNES Classic Mini ? Rien n’est moins sûr puisque, à l’heure où nous écrivons ces lignes, il est impossible d’en commander une sur le site Amazon. Mais Big N promet des stocks en 2018.

Le message de Reggie Fils-Aimé s’accompagne en prime d’une excellente nouvelle pour ceux qui ne souhaitent pas enrichir les vendeurs sans scrupule. Pour l’été 2018, Nintendo a prévu un approvisionnement de NES Classic Mini alors qu’il avait toujours été ferme sur la question d’une nouvelle production. La volonté de tuer, un peu, le marché le gris et l’appât du gain, matérialisé par la popularité des consoles rétro, auront eu raison de ses décisions passées.

À lire sur Numerama : Rétrogaming  : «  Le plaisir de jouer sur de vraies consoles va devenir de plus en plus rare  »

Partager sur les réseaux sociaux