En réaction à la fermeture d'ExtraTorrent, deux trackers privés, Demonoid et TorrentLeech, ouvrent provisoirement leurs portes pour accueillir les internautes qui avaient l'habitude de fréquenter ce site de liens BitTorrent.

KickAss Torrents, What.CD, Torrentz.eu, Torrenthound et maintenant ExtraTorrent : la liste des sites de liens BitTorrent à avoir fermé leurs portes au cours des derniers mois s’est beaucoup allongée récemment.

En apparence, la victoire de l’industrie du divertissement sur les pirates est évidente : avec la disparition de ces espaces sur lesquels s’échangeaient beaucoup de contenus culturels, les adeptes de téléchargement illicite devraient finir par retourner dans le champ de l’offre légale, du fait d’une offre pirate de plus en plus réduite.

ExtraTorrent, c’est terminé.

La réalité n’est bien sûr pas aussi simple. On le voit avec ExtraTorrent : en réaction au retrait de l’une des principales plateformes pour récupérer des liens BitTorrent, deux trackers privés ont décidé d’ouvrir provisoirement leurs portes afin d’accueillir ceux et celles qui avaient l’habitude de s’y approvisionner.

« Nous sommes unis ! Nous avons entendu les nouvelles et nous avons fini une mise à jour urgente de notre infrastructure pour cette raison ! Les réfugiés d’ExtraTorrent sont les bienvenus ici et nous leur avons ouvert les portes jusqu’à la fin du mois de mai », peut-on lire sur le site de TorrentLeech par exemple. Un code d’invitation à utiliser accompagne le message d’accueil.

torrentleech
L’annonce de TorrentLeech.

Idem du côté de Demonoid. « Considérant les récents évènements et la fermeture du plus gros site de liens BitTorrent, nous voulons accueillir tous les ‘réfugiés’ d’ExtraTorrent ici sur Demonoid », peut-on lire dans un message qui a été publié jeudi sur Reddit. Une foire aux questions est jointe à l’annonce ainsi qu’un certain nombre de codes d’invitation, régulièrement actualisés, dans les commentaires.

Contrairement à ExtraTorrent, Demonoid et TorrentLeech ne sont pas dans les listes noires 2016 de la MPAA (qui s’occupe de défendre les intérêts des studios de cinéma hollywoodiens) et de la RIAA (qui est chargée de défendre les intérêts des maisons de disques aux États-Unis), probablement parce que leur notoriété est moindre du fait de leur choix de gérer des trackers privés.

demonoid
Le site Demonoid.

Et quand les sites de liens BitTorrent n’ouvrent pas leurs portes pour faire une place aux internautes dont la plateforme vient de fermer, sous la pression des ayants droit ou parce que le jeu n’en vaut plus la chandelle, ce sont parfois les internautes eux-mêmes qui créent leur solution.

On l’avait vu avec la disparition de What.CD, qui a suscité quasi aussitôt la création de trois héritiers et dont la concurrence naturelle a même créé une certaine émulation.

En tout cas, cette « solidarité » entre sites de liens BitTorrent, qui n’est sans doute pas désintéressée, et cette faculté à combler le vide laissé par certains sites disparus nuancent grandement le triomphalisme des ayants droit lorsqu’un tel espace est retiré de la circulation. Le partage hors des circuits légaux a pour ainsi dire encore de beaux jours devant lui.

Partager sur les réseaux sociaux