Le groupe britannique Shaking Chains a choisi de regrouper des extraits de vidéos trouvées sur YouTube dans son nouveau clip. Sélectionnés par un algorithme, les fragments qui s'enchaînent ne sont jamais les mêmes à chaque nouveau visionnage.

« Ce film est juste pour vous. Fait par une machine, il y a quelques instants. Toute la vie pourrait être ici, dans cet instantané du moment présent. Mais aussi vite que le film s’évanouit, le moment est perdu. Jouez-le à nouveau, et de nouveaux enregistrements sont recueillis à partir des archives en ligne du monde. Ce qui suit a le potentiel de fasciner, ou pourrait n’être bien qu’une routine — mais est à chaque fois différent. »

C’est par cette invitation, presque métaphysique, que le groupe de musique britannique Shaking Chains invite les internautes à découvrir le clip de l’une de ses chansons, Midnight Oil. Vous pourrez y retourner autant de fois que vous le souhaitez, vous n’y verrez jamais la même vidéo : voici le lien pour accéder à ce film, sorte d’OVNI dans le paysage des clips musicaux.

Le zapping d’un algorithme sur YouTube

En effet, ces images distillées de façon aléatoire — du moins, en apparence — cachent les savants calculs d’un algorithme, qui récupère automatiquement des fragments de vidéos trouvées sur YouTube. Il les assemble ensuite, ne conservant que quelques secondes de chacune. Le procédé donne à ce clip expérimental un côté « zapping ».

Tutoriels maquillage, animaux, films de famille, paysages, dessins animés, extraits de journaux télévisés sont quelques-unes des bribes de YouTube que nous avons pu voir en regardant ce clip, rappelant l’expérimentation tentée par Cassius avec le clip interactif de The Missing l’été dernier.

C’est le batteur du groupe, Jack Hardiker, qui a eu l’idée de ce clip atypique, comme le précise la BBC. Le musicien y voit une manière de faire prévaloir l’art sur la propriété, de valoriser le hasard et, surtout, de questionner la manière dont les algorithmes jouent un rôle dans notre quotidien.

Recadrer les choses auxquelles nous nous soumettons en les coupant avec un algorithme

« Je cherchais à créer quelque chose de visuel et émouvant, même poétique, mais connecté à nos chansons. J’ai essayé de recadrer, indirectement, les choses auxquelles nous nous soumettons (qu’elles soient belles, affligeantes, banales, frivoles ou érotisées) et les couper avec un algorithme dans un nouveau contexte », explique Jack Hardiker.

Shaking Chains

Le groupe ne souhaite pas lever le secret sur les mots clés qu’il a utilisé pour orienter les recherches de l’algorithme, mais on peut raisonnablement penser qu’il y en a au moins une centaine.

Que pourrait devenir ce clip dans un an ?

« Les termes de recherche ne sont pas entièrement fixés, c’est une liste évolutive. Les clips musicaux sont une bête étrange : le temps de l’intérêt médiatique pour un single est court, et nous sommes un nouveau groupe, avec un petit public. Mais j’aime l’idée que le film vive par lui-même, de façon autonome, au-delà de l’attention que l’on peut en retirer. » « Les possibilités sont vastes, s’interroge le batteur. Que pourrait-il devenir d’ici un an ? Cela dépendra de ce qui se sera passé en une année, de ce qu’Internet nous réserve.  »

Rendez-vous dans un an, donc, pour savoir ce qu’il sera advenu du clip de Midnight Oil.

Partager sur les réseaux sociaux