La fondation Wikimedia va recevoir trois millions de dollars sur trois ans pour améliorer Commons, sa médiathèque de fichiers libres de droit ou entrés dans le domaine public.

Vous puisez régulièrement dans Wikimedia Commons pour illustrer vos différents projets ? Sachez que la célèbre médiathèque en ligne administrée par Wikimedia va pouvoir faire un sacré bond en avant dans les mois et les années à venir. En effet, la fondation a annoncé cette semaine avoir reçu un don de plus de trois millions de dollars pour améliorer l’accès et la diffusion de ses fichiers.

Versée par la fondation américaine Alfred P. Sloan, cette somme sera utilisée pour que les documents que gère Wikimedia Commons soient plus facilement intégrables au reste du web, de façon à rendre plus simples le partage, l’accès et la réutilisation de contenus éducatifs gratuits et de haute qualité. C’est en tout cas le but qui est affiché par les tenants du projet.

En clair, l’un des enjeux sera de renforcer la connexion de Wikimedia Commons avec Wikidata.

wikipedia-wikimedia
CC Shou-Hui Wang

« Aujourd’hui, les riches images et médias dans Wikimedia Commons ne sont décrits que par des notations incomplètes, ce qui rend difficile l’exploration et l’utilisation de cette formidable ressource », observe Wikimedia. Aussi, avec ce don, la fondation entend se servir de Wikidata va pour Commons en une ressource enrichie, facilement utilisable, compréhensible par une machine.

Mise en place en 2012, Wikidata est une base de données destinée à structurer les informations qui sont utilisées sur les différents projets chapeautés par la fondation. Avec ce système, il s’agit de simplifier la mise à jour d’éléments assez peu contestables, de sorte que le moindre changement fait dans Wikidata se répercute sur l’ensemble des moutures de l’encyclopédie Wikipédia mais pas seulement.

Et maintenant ? « Au cours des trois années à venir, la fondation Wikimedia développera des outils, une infrastructure et un support communautaire pour permettre le travail des contributeurs, qui réclament depuis longtemps de pouvoir utiliser des données plus précises, réutilisables et multi-langues dans les fichiers multimédias », explique-t-elle. Il n’y a plus qu’à.

Partager sur les réseaux sociaux