Un document du gouvernement américain publié récemment souligne la préoccupation de Barack Obama et de son administration sur les enjeux futurs concernant les avancées de l'intelligence artificielle, notamment en ce qui concerne le monde du travail.

Un rapport publié le 20 décembre dernier par l’administration du président des États-Unis souligne que beaucoup d’emplois sont aujourd’hui menacés par l’avancée de l’intelligence artificielle.

En effet, le document, intitulé « Intelligence artificielle, Automatisation et Économie », souligne :

« La direction que prend l’IA nous permet de prévoir certaines choses, par exemple en ce qui concerne les emplois liés aux transports et au ménage, des métiers moins qualifiés. Les avancées dans la vision par ordinateur et dans les technologies du secteur permettent de réaliser des véhicules complètement automatisés (AVs), qui ne nécessitent plus la présence d’un conducteur et qui apparaissent de plus en plus fréquemment. Ils peuvent potentiellement déstabiliser les professionnels du transport (…) Le Groupe des Conseillers Économiques (CEA) estime qu’entre 2,2 et 3,1 millions d’emplois à plein temps et à temps partiel seraient menacés ou altérés de manière substantielle par la technologie des voitures autonomes. »

« Entre 2.2 et 3.1 millions d’emplois à plein temps et à temps partiel seraient menacées (…) »

Dans le même temps, et pour éviter de présenter un tableau trop noir, Jason Forman, le président du CEA, déclare : « Tous les moyens utilisés pour améliorer l’intelligence artificielle contribueront à améliorer la productivité et rendront possibles une hausse des salaires et du nombre d’employés. »

À vrai dire, le gouvernement s’inquiète pour ces changements à venir, mais les considère nécessaires pour la croissance de l’économie américaine. C’est pour cela que le document conseille de s’appuyer sur plusieurs bénéfices apportés par ces technologies. Ainsi, Obama et son équipe espèrent pouvoir améliorer dans le même temps le secteur éducatif — qui s’appuiera de plus en plus sur les connaissances numériques –, le secteur médical, le système de la sécurité sociale, les assurances, le chômage et la cyber-défense.

CC Pete Souza
CC Pete Souza

Dans tous les cas, comme le mandat d’Obama se termine, il semble que cette étude soit avant tout une petite indication adressée indirectement au futur président Donald Trump. Ce dernier a conclu un accord avec l’entrepreneur Masayoshi Son et son entreprise Softbank, leader dans la robotique qui possède entre autre l’entreprise française qu’on appelait autrefois Aldebaran. Cet accord encadre un gigantesque investissement de 50 milliards de dollars dans l’économie américaine et qui a pour objectif de stimuler l’innovation technologique mais aussi de faire réduire le travail ouvrier, notamment par la robotique.

Partager sur les réseaux sociaux