Julian Assange n'a pas réussi une fois de plus à obtenir l'annulation du mandat d'arrêt européen émis par la Suède à son encontre. L'intéressé compte faire appel.

Recours après recours, la réponse de la justice suédoise est toujours la même : il est hors de question d’annuler le mandat d’arrêt européen qui pèse depuis 2010 sur les épaules de Julian Assange. Des accusations d’agression sexuelle visent le fondateur et porte-parole de Wikileaks et il se trouve qu’une partie des faits n’est pas encore prescrite. C’est pourquoi le maintien du mandat a été privilégié.

La décision a sans surprise provoqué une immense déception chez les partisans de Wikileaks. Mais pas question de baisser les bras. Sur Twitter, l’organisation promet que Julian Assange fera appel de ce jugement dans l’espoir de le renverser. Il n’est pas certain qu’il y parvienne. Selon un décompte effectué par l’AFP, il s’agit de la huitième tentative qui échoue devant les tribunaux suédois. Oui, la huitième

Le maintient du mandat satisfait le parquet suédois, qui avait expliqué ce printemps que « Julian Assange reste soupçonné d’un crime grave ». Les autorités tiennent à l’interroger depuis six ans. Mais puisqu’il a trouvé refuge dans une ambassade, il est très difficile de faire avancer le dossier sur un plan judiciaire. Toutefois, des progrès notables ont été obtenus au cours de l’été.

Rappelons qu’en début d’année,  le groupe de travail sur la détention arbitraire de l’ONU a considéré qu’Assange est « détenu » illégalement. Il note que le Royaume-Uni et la Suède retiennent arbitrairement le fondateur de Wikileaks et violent de fait son droit à un procès équitable. Le Royaume-Uni a indiqué qu’il n’était pas question de suivre l’avis du groupe de travail, celui-ci ne s’imposant pas aux États.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés