La justice roumaine a condamné la semaine dernière l'ancien ministre des télécommunications, Gabriel Sandu, accusé d'avoir perçu plusieurs millions d'euros de rétrocommissions lors d'achats de licences Microsoft.

La plus haute juridiction pénale roumaine a décidé la semaine dernière de condamner à deux ans de prison l’ancien ministre des télécommunications, Gabriel Sandu, qui était accusé de blanchiment d’argent, d’abus de pouvoir et d’extorsion dans le cadre de marchés publics concernant des licences Microsoft. L’ancien maire de Piatra Neamt, Gheorghe Stefan, et deux hommes d’affaires, ont également été condamnés à trois ans de prison. Ensemble, ils devront payer près de 10 millions de dollars de dommages et intérêts.

La condamnation judiciaire intervient un an et demi après que le président de la Roumanie a autorisé le parquet à poursuivre neuf anciens ministres et parlementaires impliqués dans un vaste réseau de corruption qui leur permettait de percevoir des rétrocommissions lorsque l’État achetait des licences Microsoft.

Le pire ministre de l’histoire de la Roumanie

La firme de Redmond n’était pas elle-même impliquée, puisque le scandale est né dans les relations des officiels avec les intermédiaires qui revendent des licences Microsoft en Roumanie. Selon les enquêteurs, ces derniers auraient accepté de reverser aux dirigeants politiques une partie importante du prix payé par l’administration pour des licences qui, soient étaient surpayées par rapport au prix de gros qui devait être obtenu, soit étaient inutiles.

Ainsi en 2011, le ministère de l’Enseignement roumain aurait acheté des licences Microsoft Office pour 179 259 postes informatiques, alors que seuls 106 000 ordinateurs environ étaient compatibles. Le ministre des communications Gabriel Sandu était accusé d’avoir reçu lui-même 3 million d’euros pour favoriser dans les marchés publics de licences un consortium allemand, et d’avoir réclamé 1,3 million d’euros supplémentaires.

Gabriel Sandu
Gabriel Sandu

En tout, 20 millions de dollars auraient été détournés, sur les 54 millions de dollars versés par l’administration pour les licences Microsoft Office, entre 2004 et 2009.

Lors du procès, Gabriel Sandu qui avait plaidé coupable (pour voir sa peine réduite d’un tiers) s’est décrit comme «  le pire ministre de l’histoire de la Roumanie  ». Il a toutefois assuré ne pas s’être personnellement enrichi, mais avoir utilisé l’argent pour financer son Parti Libéral Démocrate, et ses élections électorales.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés