C’est la nouvelle obsession de l’industrie du disque. Après s’être rendue compte que poursuivre les éditeurs de logiciels de P2P commerciaux encourageait le développement de solutions open-source irresponsables devant les tribunaux, après s’être rendue compte que poursuivre les consommateurs qui utilisent les réseaux P2P encourageait les utilisateurs à se diriger vers des solutions où leur anonymat est mieux préservé, elle décide de s’attaquer au coeur du système : les tuyaux.

Comme si la Poste devait ouvrir chaque colis et vérifier qu’il ne contient pas de sac Vuiton contrefait, l’industrie musicale considère que les fournisseurs d’accès doivent inspecter chaque échange de fichiers pour vérifier qu’il ne s’agit pas d’un fichier pirate. Et si inspecter chaque paquet coûte trop cher, la Fédération Internationale de l’Industrie Phonographique (IFPI) suggère, à l’instar de sa branche française le SNEP, que les FAI coupent purement et simplement les protocoles d’échange les plus sensibles. Comme si la Poste devait refuser tous les colis provenant de Chine, sous prétexte que c’est de Chine que vient l’essentiel de la contrefaçon de sacs Vuiton. Surréaliste.

Et pourtant, ils y croient dur comme fer. « Nous pensons que les FAI ont un rôle spécial à jouer [dans la lutte contre le piratage] et qu’ils doivent nous aider« , affirme le représentant suédois de l’FIPI Lars Gustafsson, en annonçant que l’organisation prévoit de porter plainte contre un opérateur suédois. Son nom n’a pas été révélé mais selon TorrentFreak, il pourrait s’agir de Bahnof,un FAI apparemment réputé auprès des P2Pistes du pays pour être particulièrement à cheval sur le respect de la neutralité du réseau, un principe qui veut que les FAI ne fassent pas de discrimination entre les différents paquets envoyés et reçus.

« Les FAI pensent qu’ils n’ont aucune responsabilité qui les conduit à nous aider lorsqu’il s’agit de freiner le partage de fichiers« , explique Gustafsson, qui a envoyé des missives à tous les FAI suédois pour leur demander de filtrer les échanges et de bloquer les sites illicites. The Pirate Bay, basé en Suède, est directement visé.

Le site de liens BitTorrent a déjà fait l’objet d’un blocage au Danemark, suite à une plainte de l’IFPI contre le FAI Tele2. La décision était cependant illégale au regard du droit européen, et The Pirate Bay, en bon opportuniste, a décidé de porter plainte contre l’IFPI pour le préjudice subi…

En France, les FAI se sont engagés par l’accord Olivennes à expérimenter en laboratoire des mesures de filtrage d’ici la fin 2009, mais les conditions d’une généralisation sont tellement restrictives qu’il y a très peu de chance qu’une telle mesure voit le jour contre les clients. De plus, les résultats des tests commandés par le SNEP lui-même ont révélé des résultats pour le moins mitigés sur l’efficacité technique du filtrage.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés