On s’en doutait, en voici la confirmation. Les services de musique par abonnement qui permettent aux clients d’écouter la musique qu’ils téléchargent uniquement pendant la durée de leur abonnement ne font pas recette. En France, le SNEP annonce qu’ils n’ont rapporté en 2007 que 288.000 euros. C’est dix fois mieux que l’année d’avant, mais l’on part de tellement bas que les proportions ne veulent rien dire.

Aux Etats-Unis, les abonnements qui étaient promis à un grand avenir semblent déjà avoir atteint leur niveau maximal et commencent à stagner. Selon les propres chiffres de la RIAA, l’organisation américaine des majors de l’industrie du disque, les services de musique par abonnement compteraient 1,8 millions d’abonnés fin 2007, contre 1,7 millions fin 2006. Soit une évolution d’à peine 6 % en douze mois. Et les revenus de l’industrie ont même baissé de 2,6 %, avec 200,9 millions de dollars en 2007 contre 206,2 millions en 2006. Ce qui tend à prouver que le nombre de morceaux écoutés a baissé, et que mêmes les abonnés vont chercher ailleurs, ou se lassent.

Moralité : les internautes ne sont pas prêts à payer pour de la musique qu’ils ne peuvent pas garder. L’âge de l’accès de Jeremy Rifkin ne s’imposera pas facilement sur la consommation musicale. Et c’est tant mieux.

Une mauvaise nouvelle pour MusicMe.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés