Ca n’est pas parce qu’un réseau permet de s’adresser à tout le monde qu’il faut oublier les fondamentaux. Lyor Cohen, découvreur de talents hip hop et directeur de la musique enregistrée chez Warner Music Group, a publié dans Forbes une tribune qui minimise de beaucoup l’impact d’Internet dans la recherche de nouvelles signatures chez les maisons de disques. Tout en appelant à repenser la façon dont les labels recherchent de nouveaux talents et à se servir des outils en ligne, Cohen rappelle que « le Web est aussi une limitation« .

« Quoi que disent les gens à propos des sites comme MySpace et YouTube, vous ne pouvez pas absorber l’essence d’un artistique jusqu’à ce que vous l’ayez vu joué en live« , prévient Lyor Cohen. Selon lui, « aussi puissants que deviennent ces réseaux peer-to-peer ou ces réseaux sociaux, le réseau le plus important reste composé de gens réels, qui interagissent en vrai face à face« . « Se montrer en personne compte toujours. C’est vrai en amitié. C’est vrai dans les affaires. C’est vrai dans la musique. Quand certaines personnes entrent dans une pièce, les molécules changent, l’énergie se déplace, et les choses commencent à se passer« .

Est-ce pour cela que MySpace organise des tournées ?

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés