Sans surprise puisqu’elle est en membre, l’Union des Producteurs Français Indépendants (UPFI) a salué l’accord annoncé hier par l’Impala, qui concède à Warner Music Group le droit de manger EMI sans risquer d’opposition de la part des indépendants. « Les engagements pris dans cet accord permettront de garantir que le marché de la musique restera concurrentiel, malgré la réduction du nombre d’acteurs », assure l’UPFI. « Il assure aux indépendants un accès plus équitable au marché : cession de catalogues discographiques, meilleur accès aux licences ou aux compilations. Par ailleurs, le soutien que WMG apportera au projet Merlin en cas de fusion avec EMI vise, dans le même esprit, à favoriser une initiative qui permet l’accès des indépendants au marché mondialisé de la musique en ligne », ajoute l’organisation qui représente plus de 90 labels indépendants en France, parmi lesquels figurent les plus gros comme Naïve ou V2.

De l’avoeu même de l’UPFI, contactée par Ratiatum, l’accord de l’IMPALA qui s’inscrit dans un cadre strictement commercial ne devrait pas bénéficier aux micro-structures, qui représentent en nombre la très grande majorité des indépendants. Seules les plus grosses structures indépendantes auront les reins assez solides pour s’offrir les cessions et concessions que la major s’est engagée à proposer…

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés