Maintenant que les majors du disque commencent à reconnaître qu’elles ne peuvent pas interdire la distribution des œuvres sur Internet, certaines tentent de reprendre les outils de partage à leur avantage. Suretone Records, une division d’Universal Music Group, annonce un projet visant à distribuer des teasers de vidéo clips sur les réseaux de partage du type YouTube. Plutôt que de laisser des milliers d’utilisateurs mettre allègrement à disposition des vidéos qui lui appartiennent, le label préfère s’en charger lui-même. Le hic, c’est que ces vidéos seront incomplètes. Elles constitueraient seulement un produit d’appel visant à pousser le public à bifurquer sur son propre site pour en voir les versions complètes. Il pourrait ainsi en tirer profit soit en proposant l’achat de ces vidéos en meilleure qualité, ou soit en faisant bénéficier ses annonceurs publicitaires du trafic généré. Cette décision paraît tout à fait incongrue si l’on se rappelle que les clips ont jusque là toujours constitué un outil promotionnel plutôt qu’un produit de vente à part entière. Face à leur perte de profits ces dernières années, les majors paniquées cherchent la moindre occasion d’engranger de nouveaux revenus, quite à se tirer soi-même une balle dans le pied.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés