Comme il l'avait annoncé, Patrick Drahi cède sa place de PDG du groupe Numericable-SFR, pour le confier à un président à temps plein. Ce sera Michel Combes, spécialiste de la gestion rigoureuse dans les télécoms et le numérique, qui avait redressé Alcatel-Lucent avant de le céder à Nokia.

Patrick Drahi ayant désormais trop d'affaires différentes à gérer au sein de son groupe Altice pour assurer la gestion opérationnelle de ses filiales, l'homme d'affaires a décidé de confier le fauteuil de président du groupe Numericable-SFR à Michel Combes, que Le Figaro présente comme "un camarade de promotion". Il bénéficierait avec Drahi d'une "longue amitié, teintée d'une vraie complicité". 

Il ne s'agit toutefois pas d'une promotion interne puisque Michel Combes, inconnu du grand public, était jusqu'à récemment le PDG du groupe Alcatel-Lucent, cédé à Nokia en avril dernier. Il avait annoncé sa démission du conseil d'administration le 1er septembre dernier, préparant peut-être déjà son arrivée à la tête de Numericable qu'il avait ouvertement soutenu lors des opérations de rachat de SFR.

"Je suis 100 % concentré d'abord sur la réussite de ce projet", avait expliqué Combes lors d'une interview sur BFM Business, lors de l'annonce de la fusion avec Nokia et de son départ à venir. "J’aurais le temps de penser à ce que je peux faire derrière, il y a quelques jours, on m’annonçait au moins dans cinq entreprises, des opérateurs, des acteurs industriels, en France, aux Etats-Unis, en Angleterre, au Japon". "SFR est une belle entreprise, comme toutes les entreprises où on m’annonce", avait-il ajouté alors que la rumeur courait déjà.

Avant de prendre la présidence d'Alcatel-Lucent en 2013, Michel Combes avait été PDG de Vocafone Europe, directeur financier de France Télécom/Orange, et PDG de TDF (anciennement TéléDiffusion de France), une entreprise spécialisée dans la diffusion et la gestion des flux audiovisuels numériques. C'est donc un très bon connaisseur du secteur des télécoms, des rouages financiers et de l'audiovisuel, ce qui en faisait un candidat naturel aux yeux de Patrick Drahi. 

D'autant que selon Univers Freebox, Combes a la réputation d'être un "cost killer", comme Xavier Niel ou Patrick Drahi. Les quelques employés ou les fournisseurs qui pouvaient espérer un assouplissement des méthodes de gestion très critiquées de Patrick Drahi n'auront donc certainement pas l'occasion de souffler.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés