Nintendo a obtenu de GitHub la suppression de l'émulateur Game Boy Advance en javascript. Le dépôt ne se contentait pas d'héberger l'émulateur lui-même, mais aussi des versions piratées des jeux de la console.

Nintendo, qui pleure aujourd'hui la mort de son président Satoru Iwata, tente de faire le ménage dans les émulateurs qui permettent aux internautes de jouer à des jeux pour Game Boy Advance (GBA). Torrentfreak rapporte ainsi que l'éditeur japonais a envoyé une notification DMCA à l'hébergeur Github pour qu'il supprime l'accès au dépôt http://jsemu.github.io/gba/, qui renvoie désormais une erreur. La page hébergeant un émulateur GBA qui permettait de jouer dans son navigateur, en javascript, à de nombreux jeux pour l'ancienne console portable de Nintendo.

Mais plus qu'un simple émulateur dont la légalité est généralement admise au titre du droit à l'interopérabilité, c'est toute une liste de jeux vidéo compatibles qui étaient directement proposés et jouables sur le dépôt GitHub, comme le confirme la version en cache visible sur Archive.org. Dans sa notification, Nintendo ne vise d'ailleurs pas l'émulateur en lui-même, mais les copies des jeux qui l'accompagnaient, dont Mario Kart, Mario Party, F-Zero, Advance Wars, plusieurs Metroid, plusieurs Pokémon, plusieurs Super Mario, Legend of Zelda, etc.

Nintendo avait visé précisément la liste des jeux vidéo copiés pour lesquels elle détenait des droits, mais demandait tout de même la désactivation complète du dépôt de l'émulateur GBA, ce que Github semble avoir accepté. Il n'est pas du tout dit qu'un autre dépôt connaîtrait le même sort s'il se contentait de diffuser l'émulateur open-source sans les jeux piratés. C'est la technique utilisée de très longue date par de nombreux concepteurs d'émulateurs, dont le célèbre MAME qui permet d'émuler des jeux d'arcade.

Rappelons à ceux que les vieux jeux intéressent que la fondation Internet Archive propose de très nombreux jeux MS-DOS gratuits sur son site, ou encore des centaines de jeux d'arcade émulés avec JSMAME.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés