Dans un document transmis aux autorités boursières américaines, Twitter a reconnu qu'environ 8,5 % des usagers actifs chaque mois sont en fait des bots publiant automatiquement des messages. Cela représente environ 23 millions de comptes. Mais ces robots peuvent avoir un intérêt ou, à défaut, être divertissant.

271 millions. C'est le nombre d'usagers qui sont actifs chaque mois sur Twitter, selon les statistiques fournies par les responsables du réseau social. Ensemble, ils publient chaque jour près de 500 millions de messages. Mais sur ce total, combien de comptes sont-ils réellement tenus par des humains ? Dit autrement, dans quelle proportion les robots sont-ils présents sur le site communautaire ?

Un document transmis à l'autorité américaine de réglementation des activités boursières, le SEC (Securities and Exchange Commission), donne la réponse. Repéré par le site Quartz, il révèle que Twitter estime qu'environ 8,5 % du total des usagers actifs chaque mois sont en fait des robots qui alimentent automatiquement leur profil, sans aucune action humaine particulière.

Cela représente quand même un peu plus de 23 millions de comptes. C'est considérable.

Des robots utiles…

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, la présence de ces robots peut avoir un intérêt pour l'utilisateur. Certains d'entre eux diffusent en effet des messages à caractère informatif. Par exemple, le compte Earthquake Robot publie un message à chaque fois que l'Institut d'études géologiques des États-Unis (USGS) détecte un séisme dont la magnitude atteint 5 ou plus sur l'échelle de Richter.

Les comptes congress-edits et Parliament WikiEdits sont également très intéressants, car ils publient un message à chaque fois qu'une édition sur Wikipédia concernant un parlementaire américain ou britannique est détectée, alors que l'adresse IP en question est justement attribuée aux parlements des États-Unis ou du Royaume-Uni, ce qui laisse à supposer que la modification n'est pas tout à fait innocente.

…et des robots futiles

D'autres robots ont en revanche une activité franchement plus triviale. Par exemple, le compte DBZNappa réagit à chaque fois qu'il détecte l'expression "9000" dans un message en répondant "WHAT ? ! NINE THOUSAND ? !". Il s'agit en fait d'une référence à une séquence du dessin animé japonais Dragon Ball Z qui est devenue avec le temps un mème Internet.

C'est aussi le cas du compte Big Ben, qui retranscrit sur Twitter à chaque fois que la cloche sonne. Actif depuis 2009, il indique l'heure en écrivant le nombre de "BONG" correspondant. S'il est deux heures du matin, il écrira "BONG BONG". Et s'il est 23 heures ? Twitter limitant chaque message à 140 caractères, comment cela se passe-t-il ? L'astuce réside dans le système horaire choisi

Les robots ? Oui, mais pas trop

Incontestablement, les robots font partie du paysage de Twitter. Le réseau social ne cherche d'ailleurs pas à les fermer, sauf dans le cas où il y aurait une violation manifeste des conditions d'utilisation du service. Cela étant, le site communautaire espère sans doute que la proportion des robots reste relativement mesurée par rapport au nombre total de comptes tenus par des humains.

Comme le pointe Quartz, Twitter a fondé son modèle économique sur la publicité. Or, les annonceurs souhaitent évidemment que leurs messages aient un impact, aussi minime soit-il, ce qui n'est jamais le cas avec les robots. S'il s'avère que l'audience de Twitter est composée dans une trop grande proportion de profils automatiques, les revenus du site pourraient en pâtir.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés