La ville de Stroke-on-Trent, dans le nord de l'Angleterre, va envoyer des SMS à des citoyens volontaires qui souhaitent maigrir. Le but : les motiver par des messages quotidiens d'encouragement.

En 2011, une étude menée auprès de 6000 personnes par la London School of Hygiene and Tropical Medicine avait conclu que les chances de ne pas recommencer à fumer étaient doublées lorsque les anciens fumeurs recevaient régulièrement des SMS d'encouragement. Les mêmes résultats ont été trouvés dans d'autres études, qui montraient que les SMS ou MMS reçus chaque jour réduisaient le risque de rechute après six mois.

En Grande-Bretagne, c'est sur un autre type de problème de santé que l'expérience va être tentée : l'obésité. Selon la BBC, après avoir constaté que la ville comptait 70 000 personnes considérées "obèses" (sur moins de 300 000 habitants), et que les services de santé locaux estimaient dépenser environ 60 millions d'euros par an en soins de maladies liées au surpoids, le conseil municipal de Stroke-on-Trent a décidé de mettre au point un programme d'encouragement au régime, par SMS.

La petite ville du nord-ouest de l'Angleterre va d'abord mené une expérimentation sur 500 volontaires, qui ont accepté de recevoir des messages censés les motiver à maigrir, comme "Utilisez davantage l'escalier", "Mangez des fruits et des légumes", "Mangez des portions légèrement plus petites", ou encore "Evitez les casse-croûtes et les boissons".

Le journal local The Stroke Sentinel précise que le programme sera doté d'une enveloppe de 10 000 livres sterling, ce qui serait la somme généralement dépensée pour opérer une seule personne obèse afin de l'aider (ou la contraindre) à maigrir, et durera 10 semaines.

En somme, le programme est juste une version ciblée, et volontaire, des messages de prévention adressés à tout le monde, qui sont diffusés en France par les chaînes de télévision. Peuvent-ils réellement être efficaces ? L'expérience le dira.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés