Des chercheurs écossais estiment qu'avec l'augmentation de la résolution des appareils photos, il sera bientôt possible pour pour les enquêteurs d'exploiter les reflets visibles dans les yeux des personnes photographiées, par exemple par des preneurs d'otages.

C'est encore aujourd'hui du domaine de la science-fiction, mais la science se rapproche de la fiction. Engadget rapporte que des chercheurs de l'Université de Glasgow travaillent sur une solution qui permettrait aux enquêteurs d'exploiter les reflets visibles dans les yeux des personnes photographiées, par exemple pour identifier un preneur d'otage qui photographie sa proie. Façon Hollywood.

L'équipe de chercheurs écossais a déjà réussi un test en identifiant une personne à partir d'une image présente sur une surface de 27 x 36 px seulement, mais dans des conditions toutefois idéales. Ils ont en effet utilisé un appareil photo Hasselblad H2D de 39 Mégapixels, pris la photo à un mètre de distance, avec un éclairage parfait pour faciliter le reflet dans l'oeil. Ils ont ensuite demandé à un groupe de cobayes d'identifier la personne à partir d'un échantillon de portraits, ce qu'ils ont réussi à faire dans plus de 70 % des cas.

Les auteurs de l'étude reconnaissent que ce sont là des conditions qui favorisent largement le succès de l'expérimentation, mais ils estiment qu'à mesure que les appareils photos se perfectionneront, notamment ceux intégrés dans les téléphones portables, il sera de plus en plus souvent possible d'utiliser cette technique pour les enquêteurs.

"Pour les crimes dans lesquels les victimes sont photographiées (par exemple des prises d'otage, des abus d'enfants), les reflets dans les yeux du sujet photographique pourraient aider à identifier les auteurs", assurent ainsi les chercheurs Rob Jenkins and Chistie Kerr, dont l'étude publiée dans PLOS est reprise par Sky.

Ils imaginent aussi, à terme, être capables de combiner les reflets visibles dans les deux yeux pour réaliser une représentation 3D de ce que voyait la personne photographiée ou de son environnement. 

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés