L'offre en matière de chiffrement des communications s'étoffe. Plusieurs projets ont été initiés ou relancés ces derniers mois, à la faveur des révélations sur la surveillance des communications électroniques menée par les agences de renseignement occidentales. Cryptocat n'est pas en reste, puisqu'il prépare son arrivée sur Android et iOS.

C'est paradoxalement une bonne nouvelle. Maintenant que l'on sait que les agences de renseignement occidentales surveillent massivement les communications électroniques, les initiatives pour chiffrer les communications et préserver la confidentialité des échanges se multiplient. Mais plus important encore, elles sont de plus en plus accessibles pour le grand public.

Cette semaine, nous avons par exemple évoqué la décision de CyanogenMod d'intégrer dans une future version de son système d'exploitation l'application TextSecure, dont le rôle est de chiffrer automatiquement les SMS entre deux correspondants (sous réserve qu'ils utilisent TextSecure et / ou CyanogenMod). Mais on peut aussi mentionner Cryptocat, qui arrive sur Android et iOS.

Comme l'explique sa fiche Wikipédia, Cryptocat est "une application web open source destinée à permettre des communications sûres et chiffrées". Elle existe aujourd'hui sous forme d'extension pour Mozilla Firefox, Google Chrome et Safari et comme application native pour Mac OSX. Elle existera demain sous forme d'application mobile pour les deux principales plateformes.

En effet, PC Inpact signale que la conception de Cryptocat pour les mobiles est achevée. Mais avant de fournir les applications iOS et Android aux usagers, le développeur du logiciel, Nadim Kobeissi, souhaite une analyse préalable du code source afin de proposer une solution de chiffrement de qualité. L'auteur espère que cette procédure, prévue sur une dizaine de jours, attirera des experts en sécurité.

Nadim Kobeissi se félicite d'ailleurs de sa démarche, qu'il juge très responsable. Dans un autre message publié sur Twitter, il relève que son logiciel fait preuve de transparence. "Alors que d'autres projets de chiffrement publient le code source de leur application des mois / des années / jamais après la publication, nous affichons le nôtre avant".

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés