Publié par Guillaume Champeau, le Jeudi 07 Novembre 2013

NSA / Snowden : le vrai débat de fond demande du courage politique

Le scandale des écoutes de la NSA n'a pas encore fait naître, chez les décideurs politiques, le véritable débat politique que la société devra avoir le courage d'affronter : combien de morts vaut la vie privée ? Explications.

Les révélations successives d'Edward Snowden sur les écoutes opérées par la NSA ont montré au monde entier qu'avec les réseaux numériques l'espionnage n'était plus seulement opéré à l'encontre des terroristes ou de ceux suspectés d'activités terroristes, mais à l'encontre de chacun d'entre nous. Tous, de la boulangère au charpentier, du curé à l'ouvrier, du chômeur au patron de PME, tous sont considérés comme de potentiels terroristes en sommeil, dont il convient d'enregistrer l'activité numérique d'aujourd'hui, au cas où elle pourrait servir une enquête demain. 

Utiliser Internet et les réseaux sociaux, c'est l'assurance d'abandonner à l'histoire la notion de vie privée, d'accepter que parce que l'on a "rien à se reprocher", on peut souffrir que ça soit vérifié, constamment. Ne pas utiliser Internet, ne pas participer aux réseaux sociaux, sera bientôt l'assurance de démontrer un comportement anormal suspect, qui justifie d'être surveillé de près. Il n'y a plus d'échappatoire. Il n'y a plus de vie privée. Il n'y a plus que de la sécurité.

C'est bien là, lorsque l'on regarde au delà des traditionnels espionnages d'intelligence économique et diplomatique, le noeud du problème soulevé par les révélations d'Edward Snowden. Il confronte chacun d'entre nous à un choix de société cornélien.

Combien de morts par actions terroristes sommes-nous prêts à accepter pour préserver un modèle de société où la vie privée existe encore ? Zéro, ce qui impose d'être tous surveillés ? Autant qu'il en coûtera ? Où placer le curseur ?

Or cette question-là, fondamentale s'il en est, n'est jamais posée.

Tout est comme si la réponse devait, nécessairement, évidemment, être "zéro". La société actuelle refuse d'accepter le risque de tout ce qui ne lui semble pas relever de la fatalité. Elle s'obsède des 2 292 morts des attentats du 11 septembre 2001, en se disant "plus jamais ça", quoi qu'il en coûte en abandon des valeurs de la société attaquée par les terroristes, et a déjà oublié les 250 000 morts du tsunami de 2004 en Asie, en acceptant qu'elle n'y peut rien. Or "pouvoir" faire quelque chose n'impose pas de "devoir" faire quelque chose, ou en tout cas, la fin ne justifie pas tous les moyens. Peut-être faut-il accepter un degré de fatalité même dans les comportements humains que l'on pense pouvoir contrôler.

Mais la réponse politique aux scandales de la NSA n'est à la hauteur d'un tel débat qui refuse d'être ouvert, alors qu'il est essentiel et le sera de plus en plus. En France, la CNIL exprime sa "réprobation" de la surveillance massive des citoyens, mais se contente de proposer de l'encadrer par des accords internationaux, pas d'aller aussi loin que possible dans l'interdiction. Au niveau européen, la vice-présidente de la Commission Européenne Viviane Reding propose que l'Union Européenne unifie ses grandes oreilles en créant elle-même une  NSA européenne, pour pouvoir espionner au moins autant que les Américains.

Jamais aucun décideur politique ne s'interroge sur la légitimité-même de l'écoute massive des innocents, sur l'impact que peut avoir sur les comportements humains et la psyché la conscience d'être constamment observé, de ne jamais pouvoir fauter. Le train de la surveillance massive est en marche et personne ne semble vouloir tirer l'alarme pour l'arrêter.

Il serait pourtant un comble qu'en voulant combattre le terrorisme, cette société ultra-surveillée fasse que les terroristes apparaissent un jour comme le seul recours contre la surveillance massive.

Publié par Guillaume Champeau, le 7 Novembre 2013 à 11h03
 
34
Commentaires à propos de «NSA / Snowden : le vrai débat de fond demande du courage politique»
Inscrit le 30/09/2013
1264 messages publiés

Combien de morts par actions terroristes sommes-nous prêts à accepter pour préserver un modèle de société où la vie privée existe encore ? Zéro, ce qui impose d'être tous surveillés ? Autant qu'il en coûtera ? Où placer le curseur ?
Or cette question-là, fondamentale s'il en est, n'est jamais posée.


C'est toujours bien populaire de taper sur les décideurs qui ne font rien et de s'indigner des gros scandales. Mais quand on peut agir à sa propre échelle (même si elle est petite) et qu'on ne le fait pas, la récrimination perd un peu de sa crédibilité.

Donc je pose la question : quand Numerama enlèvera t'il du code source de son site Internet tous ces petits outils qui espionnent la vie privée de ses lecteurs ?
Inscrit le 25/02/2012
1370 messages publiés
"c je pose la question : quand Numerama enlèvera t'il du code source de son site Internet tous ces petits outils qui espionnent la vie privée de ses lecteurs ?"

Impossible, c'est le prix à payer pour avoir accès à un internet libre et gratuit.
Oui cette phrsae n'a aucun sens.
Inscrit le 23/10/2009
286 messages publiés
"qui captent les informations publiquement diffusée par les lecteurs membres de ce genre de réseaux" serait bien plus juste.
si tu n'est membre ni de Facebook ni de Google, quel est le problème avec les boutons?
quand bien même, si tu n'étales pas ta vie privée de façon publique sur ce genre de réseaux, en quoi ça te dérange?

facile d'accuser à demi-mots Numérama de participer à PRISM en réponse à un article bien plus général adressant la surveillance globale opérée par la NSA et d'autres services de renseignement à partir des infrastructures (câbles, backbones, routeurs de coeur de réseau), services de renseignement qui répondent aux décideurs politiques.

Faut quand même être sacrément gonflé pour mettre sur le même plan les boutons G+ ou FB et ce genre d'outils de surveillance.
ou être un gros troll, tout dépend du point de vue.
Inscrit le 16/10/2011
1162 messages publiés
Même sans être sur Facebook (je ne sais pas pour Google+, le contraire serait surprenant), le réseau social arrive à te pister avec ce genre de scripts et forge des profils fantômes , très simple de faire le lien entre une identité, e-mail... et une adresse IP/navigateur web.
Inscrit le 06/06/2012
50 messages publiés
En lisant un peu l'actu numérique, tu verra qu'il n'y a pas besoin d'être inscrit sur ces réseaux sociaux pour être traqués par eux
Des profils fantômes sont créés pour les utilisateurs non inscrits, et sont éventuellement fusionnés au vrai profil une fois créé. Le fait de tagger une personne non inscrite sur une photo de facebook par exemple, participe à ce processus d'enrichissement de ces profils fantômes.
Inscrit le 23/12/2011
346 messages publiés
Donc tu préconises plus de GoogleBot ? Donc tu préconises la mort de Numerama dans les 3 mois qui viennent.

C'est ça ton sens de la crédibilité ? Disparaître ?
Inscrit le 29/09/2011
30 messages publiés
Ne soyons pas angélistes : Facebook et Google ont des profils fantômes des personnes n'ayant pas de compte chez eux. Il y a même eut des articles sur Numerama là dessus de mémoire....

Le tout ou rien voir le troll n'aident pas à faire avancer, des solutions existent, pourquoi pas les mettre en pratique ?

Au minimum, pour les boutons G+, Fb, twitter : il existe des solutions permettant de les activer pour les utiliser (beaucoup utilisé en Allemagne, mais si vous voulez un exemple français : http://www.educnum2014.fr/ ). Donc ce n'est pas compliqué d'améliorer (un peu) les choses.

Et au mieux, aussi en ce qui concerne la pub : choisir une régie publicitaire est un choix pas une fatalité. Il suffit de taper "régie publicitaire web" dans son moteur de recherche préféré et il y en a pleins. Rien que sur ce site pris au hasard (http://www.regiepub.org/clic.html) ils en proposent une liste, et tout n'est pas Google...

Bien sûr si tous les sites choisissent systématiquement Google, effectivement les autres régies vont finir par mourir et plus aucun choix ne sera possible. Mais tant que ce n'est pas le cas peut-être que penser solution européenne/française pourrait aider à nous protéger tous tout en gardant le modèle économique publicitaire de Numerama ?
Inscrit le 16/10/2011
1162 messages publiés
10 scripts :
  • AT Internet
  • Criteo
  • DoubleClick
  • Facebook Connect
  • Facebook Social Plugins
  • Flattr Button
  • Google +1
  • Google Analytics
  • Outbrain
  • Twitter Button


Quel est le rapport avec les robots indexeurs de Google ?
Inscrit le 16/10/2011
1162 messages publiés
Une piste pour éviter les scripts de Facebook, c'est d'utiliser la vieille API Facebook Sharer (sharer.php) plutôt.
Il y a la même chose pour Twitter, ici par exemple, en remplacement du Twitter Button.
Et pour Google, Share Endpoint .

Ces trois façons de faire permettent d'éviter les scripts js Facebook Social Plugins, Google +1 et Twitter Button je pense.
Inscrit le 01/06/2013
162 messages publiés
Inscrit le 17/09/2013
53 messages publiés
(...) quand Numerama enlèvera t'il du code source de son site Internet tous ces petits outils qui espionnent la vie privée de ses lecteurs ? (...)

Numérama, comme tous les autres pure players gratuits financés entièrement ou pour partie par la publicité, ainsi que les journalistes de leurs rédactions, est dans une position intenable : en porte-à-faux ou schizophrénique (dans le sens populaire de ce terme) : d'un côté ils dénoncent les abus des États et des géants du web industriel, et de l'autre ce sont ces derniers qui les font vivre.

Ce qui signifie en clair que zéro journaliste de cette presse n'aura jamais le courage de dire la vérité, qui est que cette presse collabore à un système inique qu'elle ne dénonce dans ses colonnes que pour se donner bonne conscience.

Zéro journaliste de cette presse n'est libre et indépendant.
Inscrit le 01/09/2004
313 messages publiés
Article très pertinent. Pourquoi ne vois-je plus le bouton Flattr ???
Inscrit le 23/10/2009
286 messages publiés
Il serait pourtant un comble qu'en voulant combattre le terrorisme, cette société ultra-surveillée fasse que les terroristes apparaissent un jour comme le seul recours contre la surveillance massive.

c'est la suite logique.
déjà ceux qui s'opposent à cette société massivement surveillée sont soupçonnés ou carrément accusés de complaisance vis à vis du terrorisme ou de la pédophilie, dans le mode "si vous êtes contre, c'est que vous avez quelque chose à cacher, ou que vous êtes d'accord avec les terro-pédophiles".
à partir du moment où vous êtes assimilé à un terroriste parce que vous êtes contre, de deux choses l'une:
soit vous devenez pour pour ne plus êtes terroriste, soit vous devenez effectivement un terroriste parce que vous êtes contre. vous n'avez plus le choix.
Inscrit le 12/09/2007
3959 messages publiés
Si on croit que la surveillance généralisée est égale à zéro mort, c’est qu’il y a une totale ineptie quelque part.
Inscrit le 25/04/2005
49 messages publiés
"Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux."
Benjamin Franklin, un père des Etats Unis ... ils ont bien oublié ...
Inscrit le 30/09/2013
1264 messages publiés
Phrase complètement sortie de son contexte et utilisée à contre-sens.

Déjà, la première chose à faire, c'est de la citer correctement : They who can give up essential liberty to purchase a little temporary safety, deserve neither liberty nor safety. Ceux qui peuvent renoncer à une liberté essentielle pour acheter un peu de sécurité provisoire, ne méritent ni liberté ni sécurité.

Les mots "essential" et "temporary" ne doivent pas être omis : ce qui signifie que Franklin ne dit rien de la perte de libertés non essentielles pour de la sécurité permanente.
Ensuite le mot "purchase" avec le sens d'achat ne doit pas disparaître : il s'agit bien d'un échange commercial
Quant au "perdent les deux", on se demande d'où ça sort.

Deuxième chose, c'est de comprendre ce que Franklin a voulu dire : en pleine guerre contre les Français et contre certaines tribus indiennes, les Quakers (pacifistes et majoritaires en Pennsylvanie) dont Franklin était le représentant refusaient de payer la Grande-Bretagne (on est 20 ans avant la déclaration d'indépendance) pour la construction de forts à la frontière. Ils s'appuyaient pour cela sur l'expérience de la Virginie où la construction de ces forts n'avaient rien donné et qui n'avaient pas résisté longtemps : la sécurité provisoire dont il parle, c'est ça.
La liberté essentielle dont ils parlent, ce sont leurs convictions religieuses qui les empêche de devenir soldats dans ces forts.

Au final pour combattre les indiens et les français, Franklin est envoyé en ambassade auprès du général anglais Braddock et lui apporte des charettes, des chevaux, des vivres, de l'alcool,...

Donc le sens de la citation dans la bouche de Franklin, c'est : pour ne pas payer la construction inutile de forts où en plus servir comme soldats va contre nos convictions religieuses, pour nous défendre on préfère payer en nature une armée de professionnels qui se battra contre l'ennemi.

On ne veut pas sacrifier notre liberté de conscience contre un peu de sécurité qui ne marchera pas, mais on veut bien que d'autres se sacrifient avec des guerres qui marcheront.
[message édité par bailey le 07/11/2013 à 15:53 ]
Inscrit le 01/04/2009
119 messages publiés
Belle explication que je ne connaissait pas mais qui est intéressante. Pour la fin de la phrase, "perdrent les deux" est présent dans Civilization V au moment où cette phrase est citée à la découverte d'une technologie, je soupçonne que cela vienne de là...
Inscrit le 05/06/2009
457 messages publiés
Si la vie privée devient hors la loi, seuls les hors la loi auront une vie privée.
Inscrit le 10/05/2011
6 messages publiés
j'en arrive à me demander qui est le plus terroriste entre ceux qui générent un climat d'insécurité (les terrosistes) ou ceux qui l'entretiennent (les états) pour avoir un controle sur tout.

Maintenir un climat permanent de peur c'est soit faire le jeu des terroristes soit cela sert une cause sous jacente. Dans les deux cas ce n'est pas reluisant pour nos politiques.
Inscrit le 05/03/2009
656 messages publiés
Et quelle différence y-a-t-il entre ceux la ?
Inscrit le 19/10/2009
6220 messages publiés
Tu y es presque...

Entretenir le ' climat ' d'insécurité permet de terroriser l'opinion publique.

L'opinion publique, soumise à de multiples chocs ( politocs, ' économiques ' & sociaux ) se comporte comme un animal.

Elle ne fait plus que réagir au lieu de réfléchir, et c'est de cette manière qu'on ' l'influence '.

Cette technique n'a rien de nouveau, et si tu veux en appréhender le concept, je te recommande la lecture ( et j'insiste bien sur le terme ' lecture ', le documentaire n'étant qu'un ersatz du bouquin ) de " la stratégie du choc ".

Sinon, quant à la digression qui consiste à ne plus avoir de vie privée au nom de quelque mort soit-disant ' induite ' que ce soit, ce n'est que l'aboutissement de l'optimisation du coût de revient de la ' sécurité ' privatisée.
( si si, cette dernière phrase est totalement adéquate, même si elle n'est pas simple à contextualiser.)
Inscrit le 10/05/2011
6 messages publiés
En fait c'était une question qui n'en était pas une . Il y a longtemps que j'ai la réponse. Les deux me font gerber.

Cela me rappelle il y a quelques années on me demandait d'installer des barreaux à mes fenêtres sous pretexte de cambriolage ...
Ma réponse est clair, ce sont les voleurs qui doivent être en prison et pas moi. et surtout pas de manière volontaire.

je refuse de vivre sous le joug et quelque soit son origine ...
Inscrit le 17/09/2013
2 messages publiés
Tout ça à cause des attentats du 11-Septembre, alors qu'on ne sait toujours pas qui les a organisés..
http://wiki.reopen911.info
Inscrit le 12/08/2013
11 messages publiés
La question est particulièrement mal posée puisqu'elle place le débat sur le simple lien entre programme de surveillance et morts causés par le terrorisme. (+ surveillance = - terrorisme // - surveillance = + terrorisme ?)
Qu'est ce que cela signifie ? Que notre aspiration à la vie privée nous rend co-responsables de la morts d'innocents lors d'attentats ? C'est risible.

Le terrorisme n'est pas né de l'absence de surveillance et une surveillance totale ne viendra jamais à bout du terrorisme. Il est impossible d'apprécier le nombre de vies "sauvées" par les programmes de surveillance (les déclarations des responsables des agences sont fluctuantes), tout comme il est impossible d'estimer les conséquences sur le terrorisme des opérations militaires (secrètes ou non) menées grâce au programme de surveillance. Ces conséquences peuvent être positives (démantèlement de réseaux, interception de communications relatives à des attentats en préparation) comme négatives (ressentiment, conséquence des assassinats chez les proches, formation de nouveaux terroristes, course à la clandestinité et à la discrétion pour les terroristes...).

Je suis également d'accord avec Astinus68
Inscrit le 02/07/2011
477 messages publiés
Peut-être ne pas oublier autour de cette affaire les aspects simplement "normaux et commerciaux" autour des données personnelles et de l'environnement actuel "3 ou 4 monstres géants du web". Et à ce sujet sans doute important de comprendre que pour que les choses fonctionnent "sans friction", il n'y a strictement aucun besoin d'ID unique par utilisateur partagé entre les services, au contraire garantie d'échec et à éviter à tout prix. Par contre vrai problème de structure, besoin d'un nouveau rôle, plusieurs organisations dans le rôle et séparation des rôles.
Il serait pas mal que F Pellerin le comprenne au sujet d'IDeNum :
http://iiscn.wordpre...-mauvaise-idee/

En particulier quand facebook , google, twitter ou autres deviennent les quelques gardiens de la "net identity", c'est à dire en particulier la fonction "se logger avec mon compte machin", avec tout l'effet de club "customer experience" associé (ou diminution de "friction" comme dit MZ, pas 36000 login/passwrds à se rappeler, et posibilité pour les services de déléguer l'authentication et éventuellement utiliser la police privée allant avec), et le fait que fb ou google vont "pister" les utilisateurs sur bien plus de sites que les leurs. Et même si il n'y a pas de "fatalité technique" là dedans, aucune loi "défensive sur l'existant" ne fonctionnera.

Mais après c'est sur, il y aussi le dogme du "tout gratuit tout pub"(c'est virtuel tout ça !), ou les grandes déclarations comme quoi "les données personnelles sont le nouveau pétrole de l'économie" (Neelie Kroos, peut-être pas avec le qualificatif personnelles dans ce cas), ou encore voir dans ces données et la pub ultra ciblée allant avec le relai de croissance tant attendu, etc ... (et puis aussi se plaindre)

Note : à propos du fait que le pistage fb ou google ne se limite en rien à leurs propres sites, on pourrait aussi ajouter les nouvelles possibilité de "proxy browsing" sur mobiles en particulier, vendues pour une vitesse accrue et "plus de sécurité", mais le résultat étant que toute l'activité web d'un utilisateur passe alors par google :
https://developers.google.com/chrome/mobile/docs/data-compression
(et un équivalent pour microsoft)
Inscrit le 05/08/2011
89 messages publiés
Comme si les plus grands terroristes n'etaient pas les etats qui se refugiaient vers le tout securitaire...

Mais dire qu'il faut un "effort politique" semble suggerer que nous somme dans sune situation qui est arrivée presque involontairement et qui ne demanderait a nos politicien que le courage de s'en saisir pour dire fermement "Stop ! ".

Mais ce sont ces même politiciens (ajoutons les hommes d'affaires tout puissants et les medias et les militaires avec) qui font des efforts pour que la situation progresse dans le sens sécuritaire. En fait on ne leur demande pas de faire un effort politique, mais de changer radicalement l'orientation politique des "démocraties" occidentales. Leur demander ca, c'est un peu comme de demander a prédateur de devenir herbivore.
Inscrit le 07/11/2013
34 messages publiés
Voilà un nouvel espace où chq individu peut échanger avec tout ou partie des autres individus : internet.
Mais à qui appartient cet espace : à TOUS ou à PERSONNE.
Pour l'instant, les gros costauds, sociétés commerciales et états, considèrent que c'est à personne et que donc, ils peuvent s'y servir et prendre ce qu'on y trouve sans rien demander.

Je considère l'internet comme un espace COMMUN. Comme tout espace commun, il nécessite une régulation. Et une régulation est définie par des règlementations. Surtout pas une régulation molle, entre gens de bonne foi : l'auto-régulation ça n'existe pas, ça n'a jamais existé.

Je réclame l'Etat de Droit pour cet espace, càd des règlementations décidées et constamment réévaluées par un débat continu de ses citoyens.

Bruce Schneier faisait l'analogie (entre ces gros costauds de l'internet et l'apparition du système féodal, où les brigands ont "vendu" leur paix armée à leurs "gens", (on vous offre la sécurié, déjà pour leur plus grand profit. Combien de tps, de révolutions, de guerres pour réussir à ce que l'on fasse que le droit soit le même pour tous (et il y a tjrs du boulot).
Inscrit le 07/11/2013
1 messages publiés
L'actualité récente montre que l'espionnage à grande échelle de la NSA (qui a lieu depuis plusieurs années) n'a pas abouti à zéro mort du fait de terroristes. C'est la preuve du manque d'efficacité de cette usine à gaz au coût exorbitant. D'autre part, on a appris que ce sont les citoyens, les hommes politiques, les chefs d'États, les entreprises que la NSA espionne. Donc la NSA ne sert à rien d'autre qu'à nourrir des fonctionnaires, des sociétés de service et le business.
Enfin, on sait aussi que les services de renseignements et les polices disposent de moyens et de méthodes pour suivre les réseaux clandestins et les pénétrer.
Cherchez l'erreur...
Inscrit le 02/04/2010
986 messages publiés
Il faut aussi voir si l'espionnage de presque toutes les communications ne sert que le but "noble" de la lutte contre le terrorisme. Nous sommes aussi surveilles pour des motifs economiques, ou pour des luttes plus discutables comme le "copyright". (Pas par les memes entites, mais toujours avec la "benediction" de nos politiciens.)
Pour certains, la vie privee est ainsi une notion obsolete... qui peut etre violee par tout ceux qui le demandent poliment... alors meme qu'ils luttent pour maintenir la leur. (Voyez les reactions face aux demandes de transparence apres l'affaire Cahuzac.) Une hypocrisie permanente sur presque tous les sujets, voila la caracteristique principale de nombreux politiciens. Une grande majorite, selon mon estimation fataliste.
Ce ne serait pas si grave si les electeurs aspiraient reellement a un changement. Au lieu de ca, nos "responsables" voient leurs mandats renouveles election apres election, a quelques variations pres mais qui ne changent pas les grandes lignes.

Ajoutez a cela leur mefiance globale envers Internet, cet outil qui permet enfin a tout un chacun, apres des siecles de "theorique" liberte d'expression, de profiter reellement de ce droit presente comme une "liberte fondamentale". C'est une avancee formidable, mais franchement suspecte pour ceux qui avait un quasi-monopole de la parole publique.
Inscrit le 03/10/2011
5172 messages publiés
En dessous de 10 milliards de morts, il n'y a pas besoin d'action spécifique.
Inscrit le 13/02/2012
570 messages publiés
Ce que les politiques doivent comprendre c'est aussi que l'ultra surveillance aussi extrême soit-elle ne permet pas d'éradiquer le terrorisme.
Et pour rester relativement anonyme, VPN.
Inscrit le 13/08/2011
351 messages publiés
En ecoutant le telephone de Merkel pendant 13 ans,
combien de terroristes ont ils choppé ou ils esperait chopper?
Ou est la logique?
Ils nous prennent tous pour des idiots.
Inscrit le 18/07/2011
141 messages publiés
La NSA a avouée à demi-mot qu'elle surestimait très largement les résultats de ces programmes.

SI ces systèmes sont mis en place, c'est bien parce que des hommes ont coopérer.

A quand une responsabilisation ? A quand la fin de l'obéissance hiérarchique ?
Les êtres humains qui se dédouanent en disant mes chefs m'ont demandés de .... et créent des monstres tel que PRISM, XKEYSCORE, AMESYS ect ...

Nous devrions faire un Nuremberg avec tous ces ingénieurs, commerciaux et dirigeants qui pensent pouvoir vendre nos vies privées et les transformer en quelque chose de monnayables.

Ils doivent payer.

Ces technologies qui nous sont aujourd'hui imposés, ont largement été décriées par les conspirationnistes de tout bord, dont on s'est moqués allègrement.

Pour moi, la NSA et les US ont commis un crime contre l'humanité.

Oui, c'est le terme. Ils ont violés la vie de l'humanité entière et devraient être jugés pour ça.
Mais non, les gouvernants ne vont rien faire.
Et ces hydres vont croitre.

Et effectivement, de cela va naitre le terrorisme libertaire.

Défendre la liberté sera un acte de terrorisme, au mieux de la trahison.

A quand des puces cerveaux, et un unanimisme actif à la Gunnm ? Nos "Elites (Comprenez Nantis)" seront tranquilles encore pour des générations !
Inscrit le 17/09/2013
53 messages publiés
(...) Nous devrions faire un Nuremberg avec tous ces ingénieurs, commerciaux et dirigeants qui pensent pouvoir vendre nos vies privées et les transformer en quelque chose de monnayables.

Ils doivent payer. (...)


(...) Pour moi, la NSA et les US ont commis un crime contre l'humanité. (...)

Google, Facebook,Twitter et tous les autres requins du web industriel aussi.
Répondre

Tous les champs doivent être remplis.

OU

Tous les champs doivent être remplis.

FORUMS DE NUMERAMA
Poser une question / Créer un sujet
vous pouvez aussi répondre ;-)
Numerama sur les réseaux sociaux
Novembre 2013
 
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
28 29 30 31 1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30 1
2 3 4 5 6 7 8