La future plateforme de streaming dédiée aux dessins animés japonais doit arriver dans les prochains jours. Accessible via un abonnement de 10 euros par mois, elle ne sera accessible qu'aux internautes se connectant depuis la France ou de certains territoires autorisés. Les Français de l'étranger ne pourront pas en profiter.

Fruit d'une alliance entre Kana Home Video et Kaze Play, la plateforme Anime Digital Netwok (A.D.N.) regroupera les vidéos des deux éditeurs d'animation japonaise. Le but ? Constituer une solution légale plus attractive en matière de dessins animés japonais que les offres actuelles sans bouleverser la grille tarifaire (pas plus de 10 euros par mois) tout en rivalisant plus efficacement contre le piratage.

Selon le planning actuel, Anime Digital Network doit ouvrir ses portes au cours de ce mois. En attendant une annonce en ce sens, Kana Home Video et Kaze Play ont mis en place une foire aux questions dans laquelle plusieurs questions récurrentes sont abordées. L'une d'elles intéressera assurément les Français vivant à l'étranger : sachez que vous ne pourrez pas accéder à Anime Digital Network.

Les deux éditeurs expliquent que "pour des raisons légales les vidéos proposées par ADN seront visibles uniquement depuis la France métropolitaine et ses DOM-TOM, la Belgique, le Luxembourg, la Suisse, Andorre et Monaco". Ce filtrage s'effectuera selon le lieu de connexion de l'internaute, via la géolocalisation de l'adresse IP. Les Québécois ne pourront pas non plus y accéder, étant rattachés à l'Amérique du Nord.

Bien évidemment, cette barrière technique ne sera pas un obstacle pour celui sachant mettre en œuvre un réseau privé virtuel (VPN) afin de faire croire que la connexion provient de France ou d'un autre territoire autorisé par les ayants droit. Mais ce point n'est pas sans risque juridique, dans la mesure où la loi française sanctionne le fait de contourner les mesures techniques de protection des œuvres.

À dire vrai, le géoblocage des contenus audiovisuels est une problématique connue, notamment par les Français de l'étranger ou ceux en déplacement dans un autre pays. La majorité des contenus proposés par France Télévisions se trouve dans cette situation, ce qui a suscité l'émoi du député Frédéric Lefebvre.

Au passage, la plateforme Anime Digital Network précise que le site et ses contenus ont été pensés pour fonctionner sur divers écrans (ordinateurs, tablettes, téléviseurs, smartphones). Des "applications spécifiques" sont sur les rails. Anime Digital Network proposera une offre en streaming.

Quelques épisodes pourront être téléchargés via iTunes, mais une offre spécifique autorisant le téléchargement définitif de chaque contenu (avec ou sans DRM) n'est pas encore à l'ordre du jour même si elle est "envisagée".

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés