Microsoft sort l'artillerie lourde. La firme de Redmond a décidé de bannir toutes les consoles Xbox 360 à partir desquelles des joueurs ont téléchargé gratuitement des jeux en créant des comptes Xbox Live étrangers, destinés à profiter de promotions qu'ils n'auraient pas en France.

Régulièrement ces dernières semaines, circulaient des astuces pour permettre aux joueurs de télécharger des jeux gratuitement sur Xbox 360, en profitant d'offres promotionnelles destinées à de lointaines contrées sur Xbox Live. Par exemple, le 18 septembre dernier, un sujet avait été ouvert sur JeuxVideo.com, qui a réuni près de 1000 messages, pour expliquer comment obtenir gratuitement le dernier Rayman Legends en créant un compte Xbox Live domicilié en Bosnie. Quelques jours avant, c'est Injustice qui pouvait être téléchargé sans frais en créant un compte à Oman. En passant virtuellement par le Maroc, les joueurs pouvaient aussi récupérer Flashback, Sonic Adventure, ou encore Bloodforce.

Mais le bon plan se termine en cauchemar pour ceux qui en ont profité. Depuis quelques jours, les témoignages se multiplient de joueurs dont la console a été bannie pour Microsoft, qui a eu la main lourde. La firme de Redmond ne s'est pas contentée de bannir le compte factice utilisé pour obtenir gratuitement les jeux, ce qui n'aurait pas eu grand effet, mais a carrément interdit toute connexion sur le Xbox Live avec la console Xbox 360 utilisée pour mettre en oeuvre l'astuce.

Contacté par Kotaku, Microsoft a confirmé la mesure en assimilant l'exploitation de la faille du Xbox Live à du piratage. "L'engagement de Microsoft à combattre le piratage et à soutenir un gameplay plus sûr et plus sécurisé pour plus de 48 millions de membres de Xbox Live reste une priorité", a ainsi justifié Microsoft. La firme "confirme que la tentative d'exploiter Xbox Live pour des gains financiers — par exemple, utiliser intentionnellement de fausses informations ou des informations mensongères pour créer un compte pour le seul but d'accéder à du contenu qu'il aurait autrement fallu payer — est une activité frauduleuse et une violation des Conditions d'Utilisation de Xbox Live".

Juridiquement, il n'y a pas grand chose à dire à la réaction de Microsoft, qui fait effectivement respecter le contrat "lu et signé" (notez les guillemets) par les joueurs. Sur un plan marketing en revanche, à quelques semaines de la sortie de la nouvelle Xbox One, la communication de Microsoft tombe mal. Faire payer aux joueurs ses propres failles de sécurité, quand bien même elles sont exploitées de très mauvaise foi par ceux qui en profitent, c'est pas la meilleure des réponses. Certains en appellent d'ailleurs, déjà, à préférer la PS4 à titre de représailles.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés