Attendu, le service VPN d'OVH se précise. Le directeur de l'hébergeur français a annoncé mardi sur Twitter le lancement de l'offre en version alpha publique. Les cent places mises à disposition ont toutes été prises.

La mise en place du réseau privé virtuel (VPN) de l'hébergeur français OVH se poursuit. Annoncé au début de l'été 2012, l'outil vient d'atteindre la phase alpha de son développement. À cette occasion, l'entreprise a choisi d'entrouvrir son service à une centaine d'usagers afin que ces derniers puissent tester le service et livrer leur retour d'expérience.

Un tel outil a plusieurs avantages. Il permet en particulier à l'usager d'échapper au filtrage géographique que peuvent parfois imposer certains services étrangers, de protéger sa liaison Internet en chiffrant les données ou encore de duper un fournisseur d'accès tenté de brider l'accès à certains sites aux heures de pointe. Le tout en proposant de passer par une adresse IP située en Amérique du Nord, en Asie ou ailleurs.

Les avantages évidents du VPN doivent toutefois être mis en avant avec parcimonie, car certaines activités pourraient présenter un risque juridique pour OVH. Ainsi, le juriste Cédric Manara rappelait l'an dernier qu'un FAI français fournissant un service de VPN géolocalisé s'expose potentiellement s'il fait clairement la promotion de son service comme technique de contournement du géoblocage.

La version alpha publique est gratuite et toutes les places (100) sont déjà prises. Lorsque le service sera fin prêt, OVH devrait proposer une formule autour de 5 euros par mois. N'importe quel internaute abonné à un FAI français pourra s'abonner à l'offre. En revanche, les clients d'OVH pourront choisir une solution transatlantique et ainsi opter pour une adresse IP européenne ou nord-américaine.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés