Au cours d'un déplacement en Chine la semaine prochaine, le secrétaire américain du Trésor compte aborder la question de la cyber-sécurité. Pékin et Washington s'accusent mutuellement de ne pas assez agir contre le piratage informatique, qui se traduit par des attaques de grande ampleur ou des tentatives d'espionnage.

C'est toujours préférable à la politique du coup de menton. Alors que l'opération Aurora, nom donné à l'attaque informatique d'envergure en provenance de Chine ayant ciblé des intérêts américains, avait viré à l'incident diplomatique entre Pékin et Washington, les deux capitales vont modifier leur approche sur la question de la cyber-sécurité en se mettant autour de la table.

Reuters rapporte que le nouveau secrétaire du Trésor, Jack Lew, va inviter les autorités chinoises à engager des "initiatives importantes" afin que cessent les attaques informatiques visant les États-Unis. La question du piratage informatique sera abordée lors de son déplacement en Chine, qui doit avoir lieu la semaine prochaine. Ces jours-ci, Barack Obama et Li Xiping ont évoqué ce problème par téléphone.

Depuis janvier, plusieurs entreprises américaines ont signalé des tentatives de piratage. Si certaines ont échoué, d'autres ont réussi à récupérer diverses informations. Le Washington Post, le New York Times, CNN, le Wall Street Journal, Reuters et Bloomberg ont été touchés. Même chose pour Twitter, Facebook, Apple et Microsoft. L'origine des attaques reste toutefois très difficile à déterminer avec certitude.

Pointée du doigt, la Chine n'a pas beaucoup apprécié. Pékin a rétorqué quelques semaines plus tard en assurant être aussi une cible de choix. Selon le porte-parole du ministère de la défense chinois, la majorité des attaques provient des États-Unis. Les responsables chinois sont néanmoins disposés à coopérer avec les USA sur ce sujet, à condition que ces derniers fassent aussi des efforts.

Signe de l'importance croissante du sujet de la sécurité informatique, plusieurs officiels américains considèrent désormais que ce sujet constitue un enjeu plus important pour la sécurité des USA que le terrorisme, au regard des dégâts potentiels si une infrastructure est touchée ou si des données sensibles sont dérobées.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés