Samsung a commencé à déployer un correctif pour résoudre la faille frappant certaines gammes des processeurs Exynos. Découverte en décembre, elle permet à un usager mal intentionné de prendre à distance le contrôle d'un terminal Samsung et de le manipuler à sa guise.

Conçue par Samsung et basée sur l'architecture ARM, la gamme de systèmes sur puce Exynos équipe de nombreux appareils mobiles du géant sud-coréen. En particulier, les processeurs Exynos sont embarqués sur les produits les plus réputés de la marque, incluant les smartphones Galaxy S2, Galaxy S3, Galaxy Note et Galaxy Note 2, ainsi que les tablettes Galaxy Tab 7 et Google Nexus 10.

Or, les participants du forum XDA-Developers ont mis en lumière en décembre l'existence d'une vulnérabilité dans les séries Exynos 4 Dual 45nm (Exynos 4210) et Exynos 4 Quad (Exynos 4412). Celle-ci permettrait à une personne mal intentionnée de prendre le contrôle d'un appareil puis de le manipuler à sa guise, comme modifier ou supprimer des données par exemple.

La découverte de cette faille a évidemment poussé Samsung à réagir. L'entreprise a assuré avoir mis ses équipes au travail pour élaborer une rustine le plus vite possible, afin de colmater la brèche. Près de trois semaines après l'alerte des membres de XDA-Developers, le correctif est prêt et commence à être déployé auprès des usagers, signale Android Central.

Le patch est proposé progressivement, puisque seuls les usagers britanniques sont concernés à l'heure actuelle. Samsung n'a pas confirmé l'information mais Android Central indique que la mise à jour a été signée le 22 décembre dernier.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés