La sœur de Mark Zuckerberg, Randi, a constaté à ses dépens qu'une de ses photos s'est mise à circuler publiquement sur la toile, alors qu'elle pensait que sa publication sur Facebook était limitée à ses seuls proches. Certes, ce n'est pas l'incident le plus grave impliquant Facebook, mais il illustre le flou entourant les règles régissant le réseau social. Car même les personnes les plus proches de Mark Zuckerberg, le fondateur, peuvent s'y perdre.

Pas clairs, les nouveaux paramètres de confidentialité de Facebook ? Il faut croire que oui. Car même dans l'entourage de Mark Zuckerberg, le fondateur du réseau social, les changements continuels au niveau de la politique d’utilisation des données, des conditions et des règlements finissent par perturber. À tel point qu'il n'est pas rare que les usagers se demandent si leur contenu privé l'est toujours.

Cette situation, la sœur de Mark, Randi Zuckerberg, l'a expérimentée. Anciennement chargée du marketing et des biens sociaux, la jeune femme a constaté à ses dépens qu'une de ses photos s'est retrouvée sur Twitter sans son accord. Le cliché montre en effet une tranche de vie familiale, où l'on voit en particulier Mark Zuckerberg et plusieurs personnes s'amuser avec leur téléphone.

Comment cette photo a-t-elle pu se retrouver sur Twitter ? En fait, celle-ci est apparue dans le fil d'actualité de Callie, une amie d'une des sœurs de Randi mais aussi une abonnée aux actualités de Randi. Or, cette sœur était étiquetée sur la photographie, ce qui a entraîné sa publication sur les murs de ses contacts. Le cliché peut en effet être accessible à d'autres personnes, lorsque des contacts communs sont marqués dessus.

Callie pensait alors que la photographie était publique, puisqu'elle est apparue sur son fil d'actualité. Elle l'a donc naturellement partagée, ne pensant pas à mal. Mais Randi n'a évidemment pas apprécié de voir cette scène privée circuler sur les réseaux sociaux. Randi a alors réclamé sa suppression, ce qui a été fait après un bref échange entre les deux personnes et des excuses de Callie.

Depuis, les messages publiés par Randi sur Twitter à propos de cet incident ont été supprimés. Seul un message demeure, rappelant un principe de la nétiquette : "demandez toujours la permission avant de diffuser publiquement la photo d'un ami. Ce n'est pas un problème de paramétrage du profil, il s'agit d'une question de décence".

La remarque de Randi sur la décence a fait bondir de nombreux observateurs, en particulier Dan Lyons qui s'est évertué à rappeler les multiples dérapages de Facebook en matière de confidentialité des données et de respect de la vie privée. Et de rappeler que la situation vécue par Randi est celle que vivent de nombreux internautes, notamment à cause des évolutions perpétuelles des règles de Facebook.

"Comme cela doit être horrible pour vous ! Qu'est-ce que cela doit être… intrusif. Quelle terrible violation. Quel scandale que quelqu'un puisse vous prendre quelque chose qui vous appartient et l'utiliser d'une manière que vous n'avez pas envisagée et vis-à-vis de laquelle vous n'avez pas donné votre accord explicite". Et de se demander, toujours avec un ton sarcastique, "dans quel monde vivons-nous".

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés