Facebook propose depuis lundi à ses membres de voter sur les documents régissant le réseau social. Comme toujours, le seuil pour rendre le résultat obligatoire nécessite la participation d'au moins 30 % des membres (environ 300 millions). Mais cette fois encore, cette barre ne sera vraisemblablement pas franchie. Or, ce nouveau scrutin sera sans doute le dernier : les nouveaux documents proposés par Facebook suppriment justement le vote des membres.


Depuis lundi, Facebook propose à ses membres de se prononcer sur l'orientation du réseau social en choisissant quelle déclaration des droits et responsabilités et quelle politique d'utilisation des données appliquer. Jusqu'au 10 décembre, les internautes peuvent choisir entre les documents existants et les documents proposés. Il suffit de se connecter à l'application Facebook Site Governance et de voter.

Ce vote est peut-être le dernier qui permettra aux usagers d'influer sur les conditions d'utilisation du site. En effet, Facebook ne compte plus soumettre ses prochains changements au vote des membres. Or, les taux de participation très bas enregistrés lors des précédents scrutins permettent aisément de deviner ce qu'il va se passer : le seuil minimal requis pour imposer une orientation à Facebook ne sera pas atteint.

Les règles établies par Facebook imposent une participation d'au moins 30 % pour que le site communautaire soit tenu par le résultat. Dans la mesure où celui-ci est fréquenté par plus d'un milliard d'internautes, selon les statistiques officielles, il faut donc que 300 millions d'entre eux prennent part au vote. Or pour le moment, seuls un peu plus de 34 000 usagers ont voté.

"Ce vote deviendra irrévocable si plus de 30 % des utilisateurs actifs participent au vote. Si la participation est inférieure à 30 %, le résultat du vote sera uniquement pour information", explique ainsi le site dans sa foire aux questions. Pour se prémunir par avance d'éventuelles accusations de trucage, Facebook assure qu'une "entreprise d'audit externe examinera les résultats finaux".

Pour l'heure la participation est de 0,0034 %, à des années-lumière du seuil des 30 %. Même à supposer qu'une mobilisation massive se déclenche, il paraît invraisemblable de recueillir 300 millions de votes en l'espace de six jours. Et puisque les nouvelles règles de Facebook proposent justement de mettre un terme à l'expression démocratique, ce vote est très vraisemblablement le dernier qui aura lieu.

Lors d'un précédent scrutin, 342 632 utilisateurs avaient participé au vote, soit 0,038 % de l'ensemble des inscrits. À ce moment-là, le seuil était plus "facilement" accessible car il n'y avait que 900 millions de membres. Le cap à atteindre était donc de 270 millions. Mais celui-ci n'a jamais été approché, quel que soit le scrutin organisé par Facebook.

Le manque de visibilité de chacun de ces scrutins n'explique cependant pas tout. Facebook mise aussi sur l'absence d'engagement de ses membres pour pouvoir garder la main sur le destin du site. Le site a beau surfer de scandale en scandale, l'immense majorité des utilisateurs n'a pas l'air de se sentir vraiment concerné, sauf lors de réactions épidermiques mais qui n'aboutissent à rien de vraiment concret.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés