Publié par Julien L., le Mardi 28 Août 2012

Les créateurs de Diaspora confient les rênes à la communauté

Les fondateurs du réseau social Diaspora souhaitent confier les rênes du projet à la communauté. Ils continueront à participer au développement du réseau social, mais souhaitent avoir un rôle moindre à l'avenir.

C'est un changement d'importance. Les fondateurs de Diaspora vont laisser la communauté des membres prendre progressivement le contrôle du réseau social à mesure qu'eux-mêmes se placeront en retrait. Pour autant, ils n'ont pas l'intention de quitter le navire. Les administrateurs du site communautaire continueront de participer à son développement.

"Nous jouerons toujours un rôle-clé au sein de la communauté en tant que fondateurs, mais nous voulons nous assurer que nous incluons bien toutes les personnes qui se soucient de Diaspora [dans la gouvernance du site] et nous voulons le voir réussir", ont commenté les créateurs de Diaspora.

Libre, ouvert et décentralisé, le réseau social est né il y a deux ans sur une idée lancée par quatre étudiants new-yorkais. Financé par les internautes à hauteur de 200 000 dollars, Diaspora est apparu dans un contexte assez favorable : les polémiques de plus en plus grandes sur l'intrusion croissante de Facebook dans la vie privée de ses utilisateurs ont conduit nombre d'entre eux à aller voir ailleurs.

Aujourd'hui, le réseau social est fréquenté par des milliers d'utilisateurs dans le monde. Combien exactement, nous ne le savons pas. Le nombre exact de membres inscrits sur la plate-forme n'a pas été communiqué par l'équipe, qui se contente de donner un ordre de grandeur. Mais cette statistique est en réalité très secondaire. Ce qui fait l'intérêt de Diaspora, c'est sa politique très avancée en matière de respect de la vie privée.

À la différence de Facebook, Diaspora n'est pas un service en ligne centralisé où toutes les données sont hébergées à distance dans des gigantesques centres de données. Ici, le service fonctionne à la manière d'un réseau P2P : chaque utilisateur héberge lui-même ses propres données ou celles de ses contacts, soit chez lui, soit sur un serveur de son choix. Et le code source est disponible sous licence GNU AGPL 3.0.

Publié par Julien L., le 28 Août 2012 à 17h11
 
15
Commentaires à propos de «Les créateurs de Diaspora confient les rênes à la communauté»
Inscrit le 20/09/2011
5137 messages publiés
chaque utilisateur héberge lui-même ses propres données ou celles de ses contacts

Je ne comprends pas comment héberger chez soi des données de quelqu'un d'autre est un avantage pour le respect de la vie privée.

Héberger ses propres données, OK. Mais que ses propres données soient stockées chez n'importe qui, ce n'est pas ce que j'appelle le respect de la vie privée.

Sinon, le fait que l'on puisse se connecter à Facebook depuis Diaspora (Diaspora* lets you stay connected with your friends, even if they're not on Diaspora* yet. Simply connect your account to other major services, then use Diaspora* as your home base to post to your profiles on these other services too.), ça va quand même envoyer des données chez Facebook, non ?

Le nombre exact de membres inscrits sur la plate-forme n'a pas été communiqué par l'équipe, qui se contente de donner un ordre de grandeur. Mais cette statistique est en réalité très secondaire.

Ben si quand même : parce qu'un réseau social où il n'y a personne que tu connais, ça ne fait pas trop réseau. Il n'y a qu'à voir G+ qui a vraiment du mal à prendre.
Et si c'est pour être sur Diaspora et être connecté à des gens sur Facebook, je ne vois pas trop l'intérêt.

Cela dit longue vie à ce projet qui à mon avis arrive un peu tard vu que je pense qu'on approche de la fin du cycle d'engouement pour les réseaux sociaux.
Inscrit le 22/11/2011
266 messages publiés
Parce que si tu héberge les données de tes contacts, en cas de problème, ils pourront physiquement te casser la gueule, la est la différence !
Inscrit le 12/11/2009
138 messages publiés
Le fait qu'un projet devienne "communautaire" est souvent synonyme de mort a long terme. Il y a malheureusement beaucoup de projet dans ce cas.

Je croise les doigts pour Diaspora.
Inscrit le 20/09/2011
5137 messages publiés
Kazer67, le 28/08/2012 - 17:23
Parce que si tu héberge les données de tes contacts, en cas de problème, ils pourront physiquement te casser la gueule, la est la différence !


Mes contacts qui sont assez près de chez moi pour venir me casser la gueule, en général je n'échange rien avec eux sur les réseaux sociaux : on fait plutôt dans les réseaux apéro ou les réseaux resto.
Inscrit le 27/05/2005
181 messages publiés
Mais cette statistique est en réalité très secondaire. Ce qui fait l'intérêt de Diaspora, c'est sa politique très avancée en matière de respect de la vie privée.

Ah oui, le nombre d'utilisateurs d'un site communautaire/social est secondaire. Ce qui compte, c'est la technique.
Une personne normale ne pense pas vraiment à ça quand elle entend "réseau social". Plutôt "combien d'amis je vais y retrouver", "serai-je mis au courant des événements de mes contacts", "est-ce qu'il y a une appli bien intégrée à mon téléphone".
Et pour les narcissiques: "combien de personnes verront ma photo trop drôle avec ma bouche en bec de canard?".

Faudra pas s'étonner si on vous traite de nerd asocial qui ne comprend pas le quotidien du pékin lambda et ses priorités.

En plus, diaspora permet une bonne sécurité des données, notion qui s'adresse au féru de technologie qui comprend les enjeux et a déjà pris ses mesures vis-à-vis de facebook. En gros, le gars qui est sur diaspora a déjà un profil facebook volontairement inexploitable.

Le gars qui met sa vie sur ce genre de site et qui n'y connait rien n'a même pas entendu parler de diaspora... alors qu'il aurait tout à y gagner. Et quand bien même il le connaîtrait il n'y irait pas.
Inscrit le 24/03/2010
379 messages publiés
Je préfère héberger mes données chez un particulier qui s'en tape plutôt que chez une entreprise qui veut faire du profit avec.
Inscrit le 16/06/2009
9712 messages publiés
Mindo (Rédacteurs Numerama) le 28/08/2012 à 18:12
Ce que le passage sur le nombre d'inscrits a essayé de mettre en lumière, c'est le faible intérêt que représente la publication d'une telle information n'est pas très importante. Quelque soit le nombre d'utilisateurs annoncé par Diaspora, celui-ci aurait été inévitablement comparé à celui de Facebook, qui est désormais le mètre-étalon en la matière.

Or, cette comparaison a-t-elle un sens quand l'un compte un peu moins d'un milliard de profils (qu'importe qu'il y ait des fakes, les gens retiennent que Facebook a 950 millions de profils) tandis que l'autre en a quelques milliers/dizaines de milliers/centaines de milliers ?

Bien sûr, il est souhaitable pour un réseau social d'être fréquenté pour retrouver des amis ou tisser de nouveaux liens. C'est le but de tous les sites communautaires. Or Diaspora ne peut pas se distinguer de cette façon. Dès lors, le projet doit miser sur ses propres atouts. Ceux-là mêmes que les services concurrents n'exploitent pas (ou rarement).
Inscrit le 19/10/2009
6452 messages publiés
Il faut surtout retenir que les développements se feront par la communauté.

Zig aka nicolas de enter,
tu choisis d'héberger ou pas les données de un ou de plusieurs de tes contacts, de même chacun choisit de les sauvegarder partiellement ou totalement avec d'autres...

Il ne peut y avoir aucun transfert de tes données hébergées vers fesse-de-bouc,
sauf évidement si tu décides de les y transférer...

Et comme le dit zabu64,
entre confier mes données à une entreprise dont le but est de les valoriser,
ou plus simplement de me vendre un stockage,
je préfère choisir avec qui échanger, partager et sauvegarder...

Entre les ' modifications ' des contenus ( compression audio, vidéo, photos, etc... ) des ' sites ' sociaux commerciaux et leurs ' cluf ', le choix est très vite fait...
Inscrit le 07/10/2011
1972 messages publiés
C'est con la disparition très prématurée du si j'ai bien compris "cerveau" de diaspora.
Je me demande si la communauté est assez soudée et compétente pour gérer un truc pareil.
Je suis inscrit, mais je n'utilise pas.
Inscrit le 20/09/2011
5137 messages publiés
Et comme le dit zabu64,
entre confier mes données à une entreprise dont le but est de les valoriser,
ou plus simplement de me vendre un stockage,
je préfère choisir avec qui échanger, partager et sauvegarder...

Est-ce que tu as besoin d'un réseau social pour échanger, partager et sauvegarder ?

Dès lors, le projet doit miser sur ses propres atouts. Ceux-là mêmes que les services concurrents n'exploitent pas (ou rarement).

Le problème, comme l'a bien relevé selsek, c'est que l'argument de Diaspora est destiné soit à des techniciens, soit à des gens qui savent déjà manipuler Facebook.
D'ailleurs Diaspora ne s'y trompe pas car l'un des arguments qu'ils mettent de suite en avant, c'est "mettez vous sur Diaspora et communiquer avec vos amis qui sont sur d'autres réseaux sociaux".

C'est le problème que l'on trouve assez souvent dans ces produits fortement orientés technologie où ce sont des ingénieurs qui sont aux commande : il y a une idée forte (ici l'utilisation d'un stockage décentralisé, ce qui est génial), mais il manque une vision utilisateur : Pourquoi les gens vont sur les réseaux sociaux ? C'est ça la première question à se poser. Que vont-ils y chercher ? Quels sont leurs besoins ?
Et c'est là où Facebook est très fort, c'est qu'ils ont réussi à rendre leur produit de plus en plus simple : tu écris, tu appuies sur un bouton et c'est terminé. Ils ont même réussi à supprimer des fonctionnalités qui ne servaient à rien ou qui induisaient des interrogations. Comparez avec G+ et ses cercles : c'est incompréhensible !

Si comme tu dis, le seul avantage de Diaspora est un atout technologique sur le stockage des données, alors ils ont perdu. Il sera utilisé par quelques technophiles par ci, par là. Mais si tu veux vraiment que ce produit réussisse, il va falloir attirer du monde en leur montrant que c'est plus puissant que Facebook, plus simple que Facebook, plus ludique que Facebook, et qu'en plus tu trouveras tous tes copains de Facebook.
Inscrit le 18/10/2008
1873 messages publiés
zig, le 28/08/2012 - 17:20

Je ne comprends pas comment héberger chez soi des données de quelqu'un d'autre est un avantage pour le respect de la vie privée.

Dans ce cas, tu ne les laisses pas chez tes contacts. Ou tu les laisses, mais sous forme cryptée. En gros, c'est du disaster recovery chez ton pote au cas où ton disque lâche : il a une copie, mais seul toi tu peux accéder à ces données. La redondance du P2P adapté aux réseaux sociaux en gros. Je ne sais pas s'ils l'ont implémenté, mais c'était en discussion fut un temps et c'est parfaitement faisable.

zig, le 28/08/2012 - 23:34
Comparez avec G+ et ses cercles : c'est incompréhensible !

Faut peut-être pas déconner quand même, n'importe quel abruti sait faire la différence entre ses potes et son boss. D'accord sur le reste de ton message. Et Google+ est franchement mieux foutu que Facebook : plus efficace, plus de choix, et aussi simple à utiliser (non, pas besoin d'être prix Nobel) et il semblerait que la mayonnaise commence à prendre (intégration Google, Gmail, Google Talk, Android etc, forcément...)

Mais si tu veux vraiment que ce produit réussisse, il va falloir attirer du monde en leur montrant que c'est plus puissant que Facebook, plus simple que Facebook, plus ludique que Facebook, et qu'en plus tu trouveras tous tes copains de Facebook.

Les réseaux sociaux ont atteint une certaine maturité, la rupture n'arrivera pas de sitôt. Cette annonce de la part de Diaspora est en fait tout simplement une façon polie de dire à tchao bonsoir, désolé si on n'a pas mieux utilisé les dons, on voit pas comment faire du fric avec donc on se tire sur makr.io qui est notre nouveau projet. Il ne faut pas se faire d'illusions, ça a merdé : il suffit de regarder les commits sur Github qui montrent une baisse nette ces derniers mois, comme s'il s'agissait d'un simple maintien. Or, pour un projet qui est officiellement toujours en alpha même pas ouvert au public, c'est très mauvais signe. Les traductions ne sont toujours pas pris en compte pour certaines parties (ce qui fait que j'ai arrêté de contribuer), pas grand chose de nouveau a été ajouté. Quand je me connecte, il n'y a franchement rien qui me donne envie de rester. Donc non, le problème n'était pas que c'était un réseau de nerds, il faut arrêter avec ce cliché. C'est juste qu'il n'y avait pas une direction précise, faire un mix de Twitter et de Facebook de qualité moyenne, voilà quoi. Maintenant, je n'utilise pas les réseaux sociaux si ce n'est juste pour voir comment ça marche, donc je ne suis pas une référence non plus.

Reste à voir si la communauté va prendre le relais, mais avant de pouvoir espérer concurrencer Facebook et Google+, il y a un très long chemin à faire.
Inscrit le 05/10/2011
2885 messages publiés
Narann, le 28/08/2012 - 17:25
Le fait qu'un projet devienne "communautaire" est souvent synonyme de mort a long terme. Il y a malheureusement beaucoup de projet dans ce cas.

Je croise les doigts pour Diaspora.


C'est souvent le cas, mais pas toujours. Dans le cas de diaspora, je suis certain que ça sera le cas. Le projet est mort, désormais.
[message édité par milord le 29/08/2012 à 09:19 ]
Inscrit le 16/06/2009
341 messages publiés
pourquoi ne parles t'on pas de Friendica ? http://friendica.com/
Inscrit le 21/09/2008
29 messages publiés
J'ai 82 contact sur diaspora (des nouveaux chaques semaines) et les post sont bien plus interessant qu'avec mes 1500 contact de facebook (grâce aux tags et à l'ouverture que cela permet). Diaspora n'est pas une agence de recherche où de statistique et sa décentralisation réelle n'est pas près de permettre un usage à ses fins (rien que pour savoir le nombre d'utilisateurs c'est pas simple vu le nombre de serveurs!) et cette aventure ne se limite qu'au travail et à l'imagination de ses utilisateurs, diaspora est à facebook ce que linux est à windows (lentement, librement, mais se fera une belle place sur le long terme).
Répondre

Tous les champs doivent être remplis.

OU

Tous les champs doivent être remplis.

FORUMS DE NUMERAMA
Poser une question / Créer un sujet
vous pouvez aussi répondre ;-)
Numerama sur les réseaux sociaux
Août 2012
 
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
30 31 1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9