La CNIL a demandé à Google de conserver les données restantes afin de pouvoir les examiner. La semaine dernière, la firme de Mountain View avait signalé aux autorités de contrôle que des informations capturées lors du programme Street View avaient été conservées par erreur.

C'était prévisible. Vendredi dernier, l'autorité de contrôle britannique en matière de données personnelles a révélé une lettre de Google dans laquelle le géant américain reconnaît avoir gardé "par erreur" des données personnelles collectées dans le cadre du programme Street View. Quatre jours après, la Commission nationale de l'informatique et des libertés vient d'interpeller Google à ce sujet.

Dans une annonce publiée ce mardi, la CNIL demande "à Google de mettre à sa disposition les données en question et de les conserver de manière sécurisée le temps de pouvoir mener toutes les investigations nécessaires". Il s'agit de vérifier leur nature et s'il s'agit effectivement d'informations personnelles, comme des mots de passe, des identifiants ou des extraits de mails.

Vieille de deux ans, cette affaire a causé beaucoup de tort à Google. Et lui avait valu des sanctions de la part des autorités de contrôle concernées. En France, la CNIL avait ainsi exigé que Google paie une amende de 100 000 euros pour avoir  enregistré des informations personnelles sur les réseaux WiFi ouverts rencontrés pendant la circulation des Google Cars. Elle lui avait demandé en outre de supprimer toutes les données.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés