Kim Dotcom a émis l'idée de se rendre volontairement aux USA pour y être jugé. Mais le patron de MegaUpload veut que certaines conditions soient respectées, à commencer par le maintien de sa liberté sous caution et le déblocage d'une partie de ses avoirs pour assurer sa défense et couvrir ses dépenses courantes.

La justice néo-zélandaise n'aura peut-être pas besoin de se prononcer sur la requête des autorités américaines, qui réclament l'extradition de Kim Dotcom. Le patron de MegaUpload, libéré sous caution, a proposé de se rendre de son plein gré aux États-Unis pour y être jugé. Mais Kim Dotcom demande le respect de certaines conditions, qui sont selon lui nécessaires pour garantir un procès équitable.

S'adressant au département de la justice des États-Unis, l'Allemand de 38 ans réclame sa libération sous caution et l'accès à une partie de sa fortune, afin de rémunérer ses avocats et faire face aux dépenses de la vie quotidienne. Des exigences qui ne paraissent pas disproportionnées, mais qui ne devraient pas être acceptées par les autorités américaines. C'est en tout cas ce que Kim Dotcom croit.

"Ils ne seront jamais d'accord, parce qu'ils savent qu'ils ne peuvent pas gagner, ils ne savent déjà", a-t-il déclaré au New Zealand Herald. "J'ai accumulé des millions de dollars en frais juridiques et je ne suis pas en mesure de payer un seul centime. Ils veulent juste me pendre haut et court et attendre que les soutiens s'estompent", a-t-il ajouté.

Lui et ses trois principaux collaborateurs (Mathias Ortmann, Bran Van der Kolk et Finn Batato) font tous l'objet d'une demande d'extradition vers les USA. Ils sont accusés par les ayants droit d'avoir activement encouragé le piratage sous la forme d'une organisation mafieuse, qui rémunérait la mise à disposition d’œuvres protégées par les droits d'auteur.

Selon l'acte d'accusation du procureur de l'Etat de Virginie, MegaUpload a encaissé 175 millions de dollars depuis 2005 dont 150 millions sur les seuls abonnements Premium et 25 millions via les recettes publicitaires. Avec le cumul des peines, Kim Dotcom risque jusqu'à 60 ans de prison.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés