Le Parti populaire européen, principale force politique au sein du Parlement européen, a décidé de ne pas donner de consigne de vote sur l'ACTA. Si cela montre les divisions internes à l'égard du projet de traité international, la Quadrature du Net voit surtout une occasion pour appeler les eurodéputés une dernière fois avant le vote final.

Dans quelques heures, l’accord commercial anti-contrefaçon (ACTA) sera soumis au vote des députés européens. Opposants comme partisans sont engagés dans d’ultimes man
?uvres pour faire pencher la balance en leur faveur. De leur côté, les partis politiques s’efforcent d’arrêter une position commune sur le texte, afin d’éviter la dispersion – et donc la division – lors du scrutin.

Mais un parti n’a visiblement pas réussi à mettre ses troupes en ordre de bataille : le Parti populaire européen, qui est le principal mouvement politique au sein du Parlement avec 271 élus (plus d’un tiers de l’ensemble des députés européens). La Quadrature du Net indique qu’aucune consigne de vote n’a été donnée par le PPE, laissant ses membres voter chacun de leur côté.

Le choix du vote libre est moins anodin qu’il n’y paraît. Il est un révélateur des divisions internes qui traversent le Parti populaire européen sur l’accord commercial anti-contrefaçon et qui empêchent mécaniquement le groupe de déterminer une position commune. Cette incapacité laisse aussi entendre que, sauf évènement extraordinaire, l’ACTA est plus que jamais en péril.

Pour la Quadrature du Net, l’absence de consigne de vote à droite est une occasion à saisir pour téléphoner une dernière fois aux eurodéputés et leur demander de s’opposer à l’ACTA.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés