Ni les associations qui avaient porté plainte contre lui, ni Google, ne souhaitent apporter d'éléments concrets sur le contenu de l'accord qui met fin au litige sur la suggestion du mot "juif" dans certaines requêtes du moteur de recherche. Il n'est même pas certain, à ce stade, que la suggestion soit bloquée.

C’est le flou le plus total sur ce qui a été réellement signé par Google et les associations de lutte contre l’anti-sémitisme et contre le racisme, pour mettre fin au procès concernant la suggestion automatisée du mot « juif » dans certaines requêtes concernant des personnalités. Alors que nos confrères de PC Inpact affirmaient à la mi-journée que l’accord aboutissait à bloquer la suggestion du terme « juif », en citant le président de l’Union des Etudiants Juifs de France Jonathan Hayoun, celui-ci nous a contacté pour nous affirmer que ses propos ont été déformés.

Les cinq organisations au litige (l’UEJF, J’accuse, SOS Racisme, la LICRA, le MRAP et Memoire 2000) confirment la signature d’un accord avec Google, mais sans aller jusqu’à dire qu’il met fin aux suggestions du mot « juif » sur le moteur de recherche. Selon le communiqué officiel co-signé par les associations, « la mesure de médiation ordonnée par Mme le President Provost Lopin, sous l’égide de Mr Jean-Pierre Mattei, (a) permis de dégager les axes d’une fructueuse coopération avec Google en matière de lutte contre le racisme et l’antisémitisme qui met fin au litige« .

Point. Tout le reste n’est qu’affaire d’interprétation. M. Hayoun refuse de nous dire ce qu’il en serait de la réaction des associations si l’objet du litige (la suggestion du terme « juif » dans certaines requêtes) ne disparaissait pas. A cette heure, le moteur de recherche continue de proposer le terme lorsque certains noms de personnalités sont saisis.

Contacté par Numerama, Google refuse également de nous préciser le contenu de l’accord. « Nous n’avons à ce jour pas plus de précisions à apporter que l’annonce de cet accord ainsi que de ces projets à venir« , nous a indiqué un porte-parole de la firme.

Il faut donc là encore se contenter du communiqué officiel : « Google soutient les initiatives d’éducation et d’information contre le racisme et l’antisémitisme. Nous accompagnerons les associations dans le développement et la promotion de projets pour sensibiliser les internautes aux valeurs de tolérance et de respect« . Un soutien qui ne devrait donc pas être que financier, mais aussi matérialisé sur les services du moteur de recherche.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés