Selon un récent sondage, le Parti Pirate néerlandais pourrait être le premier au monde à envoyer un député à une chambre parlementaire nationale. Il bénéficie du régime électoral des Pays-Bas, particulièrement favorable aux petits partis.

C’est un système politique qui paraît hallucinant vu de France, où le Front National avec 3,66 % des voix obtient 2 députés, là où les Verts avec 3,60 % des voix en obtiennent 17. Aux Pays-Bas, les 150 sièges de la Tweede Kamer, la chambre basse du Parlement néerlandais, sont intégralement répartis à la proportionnelle. Il suffit qu’un parti politique obtienne 0,66 % des voix pour qu’il soit représenté au parlement national ; il n’y a aucun seuil pour écarter les petits partis et favoriser la formation d’une majorité.

Or, un sondage a accordé pour la première fois ce week-end au Piratenpartij un score qui lui assurerait un siège à la Tweede Kamer. Une bonne nouvelle pour les Pirates, même si les élections n’auront lieu que le 12 septembre prochain.

« La branche néerlandaise du Parti Pirate aurait été élue avec un siège si les élections avaient été organisées aujourd’hui« , commente le blogueur Martin Wisse. « C’est assez impressionnant pour un parti qui n’existe (pour le moment) que sur Internet avec très peu de renommée. C’est aussi un signe de bonne santé de notre démocratie s’ils parviennent à avoir un siège au parlement, même mieux s’ils arrivent à en avoir un deuxième, comme ils l’espèrent eux-mêmes« .

Sur son site internet, le fondateur du Parti Pirate suédois (le tout premier) Rick Falkvinge se garde toutefois de tout enthousiasme démesuré, et rappelle qu’il sera difficile pour les néerlandais de tenir jusqu’en septembre et de transformer l’essai dans les urnes. Médiatiquement, la percée du Parti Pirate n’est pas perçue aux Pays-Bas comme un évènement majeur. « Les néerlandais, du fait de l’absence de seuil parlementaire, sont habitués aux nouveaux venus« , rappelle-t-il. Il n’y aura pas d’effet d’emballement comme a pu le connaître le Parti Pirate allemand, qui a été aidé par une forte curiosité médiatique.

Mais si la tendance se confirme, le Parti Pirate néerlandais, malgré un faible score – plus faible que celui obtenu par le Parti Pirate français – pourrait devenir le tout premier des Partis Pirates à envoyer un député dans un parlement national.

La formation politique a actuellement deux représentants au Parlement Européen, plusieurs députés dans les chambres parlementaires régionales allemandes, et des élus locaux en Autriche, en République Tchèque, en Suisse et en Espagne.

Le Parti Pirate allemand a également de fortes chances d’accéder au Bundestag. Selon les derniers sondages réalisés le 14 juin, le Piratenpartei obtiendrait 9 % des voix, ce qui en fait la quatrième force politique du pays.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés