Soucieux de ne plus dépendre exagérément de Samsung, Apple a entrepris de faire appel à d'autres industriels afin de diversifier ses fournisseurs. Un choix qui affecte passablement le géant sud-coréen, qui a perdu 18 % en bourse en l'espace de trois jours.

Si les relations entre Apple et Samsung ont essentiellement été dominées ces derniers mois par des accusations sur fond de violation de brevets industriels, les liens qui unissent les deux firmes sont plus complexes qu’il n’y paraît. Derrière la compétition acharnée sur les marchés des tablettes et des smartphones existe un partenariat commercial.

C’est en effet le géant sud-coréen qui a été sélectionné par l’entreprise américaine pour concevoir le processeur Apple A4, qui équipe l’iPad ainsi que l’iPhone 4 et l’iPod Touch quatrième génération. C’est également lui qui est en charge de fournir les puces A5 présentes dans l’iPhone 4S et les iPad deuxième et troisième générations. Autrement dit, Apple est l’un des plus gros clients de Samsung.

Seulement, la rivalité exacerbée entre les deux sociétés à travers deux secteurs très porteurs conjuguée aux multiples actions en justice sont manifestement en train d’avoir raison de ce partenariat. Apple aurait entrepris des démarches auprès des sociétés taïwanaises pour remplacer le Sud-Coréen, rapporte Le Figaro. Décision qui a toutes les apparences d’une sanction.

Le désir d’Apple de réduire sa dépendance à l’égard de Samsung n’est pas nouveau. Mais celui-ci n’avait encore eu de véritable incidence sur les marchés financiers. Or, voilà que l’action de Samsung a perdu 18 % en l’espace de trois jours, souligne le quotidien. Car Apple pèserait entre 4 et 5 % du chiffre d’affaires de Samsung, ce qui tout sauf négligeable.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés