C’est une publicité qui tourne depuis plusieurs jours à la télévision et sur les stations de radio. Le mot « Hadopi » n’y est pas prononcé, mais chacun comprend bien que c’est bien elle qui est évoquée derrière la « bridage anti-téléchargement ». Pour vendre ses abonnements, CanalSat mise désormais sur la peur des représailles contre le téléchargement illégal autorisée par le premier million de mails de l’Hadopi.

Le groupe CanalPlus vise plus spécifiquement les amateurs de séries TV, en indiquant que le bouquet satellite donne chaque année accès à « plus de 50 séries inédites ».

Notez qu’hors promotions, le bouquet CanalSat de base est proposé à 34,90 euros par mois, soit près de 420 euros par an. « Il n’y a pas de gentil pirate« , avait prévenu CanalSat en 2008. Mais il y a toujours des pirates pauvres.

Partager sur les réseaux sociaux

Plus de vidéos