Face à un Facebook ultra dominateur, Google+ s'aligne. Le réseau social a abaissé l'âge minimal requis pour créer un compte. Désormais, il suffit d'avoir au moins 13 ans pour s'inscrire sur Google+, qui espère ainsi booster sa croissance. La compétition entre les deux sites communautaires se poursuit.

Avec 90 millions de membres au compteur, Google+ est d’ores et déjà un réseau social qui compte sur la toile. Mais le service est encore bien loin du champion toute catégorie qu’est Facebook. Le site fondé par Mark Zuckerberg affiche en effet des statistiques plus que flatteuses, puisque c’est plus de 800 millions de comptes qui ont été ouverts depuis son lancement en 2004.

Comment faire, dès lors, pour combler ce retard ? Lancé l’été dernier, Google+ bénéficie déjà de la puissance de feu médiatique de la firme de Mountain View. Les nombreux produits et services du géant du net sont autant de vecteurs potentiels pour promouvoir le site communautaire. Ainsi mis en avant, celui-ci peut facilement toucher les internautes et les inciter à s’inscrire.

La publicité n’est toutefois pas la seule piste qu’a Google pour imposer Google+. Le site peut aussi jouer sur ses conditions d’utilisation, en réduisant par exemple l’âge minimum pour se créer un compte. C’est d’ailleurs ce que fait justement le groupe, puisque Bradley Horowitz a annoncé jeudi que le site communautaire va pouvoir désormais accueillir des jeunes de 13 ans et plus.

Cette nouvelle politique concerne tous les pays du monde, à l’exception de certains États qui ont des lois spécifiques. En Espagne et en Corée du Sud l’âge minimum est de 14 ans, tandis qu’aux Pays-Bas c’est 16 ans. Cette ouverture aux adolescents s’accompagne bien évidemment de certaines règles supplémentaires, afin de les protéger contre des contenus ou des comportements inadaptés.

La vie privée des jeunes devra également être respectée. Bradley Horowitz cite l’exemple d’un jeune souhaitant partager un statut en dehors de ses cercles habituels. Si cela se produit, Google n’empêchera évidemment pas l’adolescent de le faire mais diffusera un message d’avertissement lui rappelant que des personnes sans aucun lien avec lui pourront le lire.

En abaissant l’âge minimum pour s’inscrire, Google+ s’aligne par la même occasion sur Facebook, qui acceptait déjà les inscriptions des internautes de 13 ans et plus. La compétition entre les deux géants du net se poursuit.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés