La justice néozélandaise est plus dure avec le grand patron qu’avec ses collaborateurs. Alors que Kim Dotcom s’est vu rejeter sa demande de remise en liberté sous caution, deux responsables de MegaUpload ont bénéficié d’une plus grande indulgence.

« Le juge David McNaughton a annoncé qu’il accédait aux demandes de libération de l’Allemand Finn Batato et du Néerlandais Bram van der Kolk en assortissant sa décision d’un contrôle judiciaire stricte« , rapporte l’AFP. L’agence précise que le juge « a estimé que les deux hommes présentaient un moindre risque que Kim Schmitz, qui possède de multiples passeports et cartes de crédits établies à des noms différents et dont les revenus se comptent en dizaines de millions de dollars« .

Finn Batato, âgé de 35 ans, était le directeur marketing de MegaUpload. Bram van der Kolk, 29 ans, était quant à lui superviseur du développement et de l’infrastructure réseau.

Mathias Ortmann, le directeur technique et co-fondateur de MegaUpload, âgé de 40 ans, sera fixé vendredi sur sa demande de remise en liberté.

Sauf si son appel est fructueux, Kim Dotcom devra rester en prison en Nouvelle-Zélande jusqu’au 22 février minimum, date où sera examinée la demande d’extradition formulée par les Etats-Unis. S’il est extradé, ce qui prendra plusieurs mois avec les différents recours possibles, il sera ensuite emprisonné aux Etats-Unis dans l’attente de son procès.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés