L'an prochain, Google débarquera sur le marché des tablettes tactiles. Déjà fortement présent via le système d'exploitation mobile Android, le géant de Mountain View veut sortir son propre matériel. Un objectif qui inquiète les fabricants tiers, qui craignent d'avoir une longueur de retard.

Lors d’un récent voyage en Italie, le directeur exécutif de Google a dévoilé une partie des ambitions de l’entreprise pour 2012. Eric Schmidt a notamment confié au Corriere Della Serra qu’une tablette numérique estampillée Google serait bien lancée l’an prochain, vraisemblablement au cours du premier semestre. Or cette nouvelle ne réjouit évidemment pas les constructeurs actuels.

Selon les informations rapportées par DigiTimes, les fabricants ont surtout peur de ne plus être à la page face à Google. En effet, nombreux sont les industriels à préparer la sortie de tablettes tactiles sous Android 4.0, baptisé Ice Cream Sandwich, pour le premier semestre 2012, ou à mettre à jour les produits déjà sur le marché avec la toute dernière version de la plate-forme mobile.

De son côté, Google pourrait sauter cette étape et entrer directement sur le marché des tablettes tactiles avec la version suivante, à savoir Android 4.1. La firme de Mountain View pourrait alors mettre en avant un argument de vente supplémentaire pour inciter les consommateurs à s’orienter sur son produit plutôt que celui d’un concurrent. C’est en tout cas la crainte des constructeurs.

Ceux voulant acquérir une tablette numérique pourraient en effet orienter leur choix vers un appareil proposant la version la plus récente d’Android ou attendre que les fabricants proposent la mise à jour de leurs produits vers Android 4.1. Cela contraindrait les industriels à bousculer quelque peu leur calendrier afin de coller au plus près des décisions de Google, afin d’être toujours dans la course.

Pour ses premiers pas dans le marché des tablettes numériques, Google devrait vraisemblablement s’associer avec une entreprise du secteur. Il reproduirait ainsi le schéma qu’il a utilisé pour les smartphones, dans la mesure où le géant de Mountain View a signé un accord avec HTC puis Samsung pour sortir des téléphones mobiles.

Rappelons cependant que Google a également déboursée 12,5 milliards de dollars pour mettre la main sur Motorola Mobility, ce qui inclut un porte-feuille de brevets important mais aussi l’expérience de l’entreprise en matière de tablettes tactiles, puisqu’elle a commercialisé la Xoom. Si la tablette n’a pas connu un formidable succès commercial, elle pourrait fournir à Google les bases de sa future tablette.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés