Le Kindle Fire d'Amazon a été livré aux premiers clients, et des retours apparaissent sur la toile. Le bilan est plutôt mitigé et met en avant les lenteurs de l'interface et l'impossibilité d'utiliser l'Android Market, son système d'exploitation étant pourtant basé sur celui de Google. C'est sans doute logique pour un appareil vendu 150 euros environ alors que l'iPad est vendu à partir de 489 euros.

La tablette tactile d’Amazon a été expédiée aux premiers clients un jour avant ce qui leur avait été annoncé. Les premiers tests du Kindle Fire commencent donc à paraître et le bilan est plutôt mitigé. Les critiques se focalisent notamment sur les consessions matérielles faites pour atteindre son faible prix de 199 dollars (environ 150 euros).

En effet, la tablette n’embarque que 512 Mo de mémoire vive ce qui serait faible par rapport aux besoins de son interface innovante et gourmande. Les tests évoquent donc des ralentissements plutôt gênants. Il ne faut pas compter, non plus, sur un GPS, le Bluetooth, la 3G ou un appareil photo. La batterie est également plus faible que celles de ses concurrentes, avec moins de 8h d’autonomie.

« Le Kindle Fire n’offre jamais une expérience fluide et sans accro« , commente Engadget. « Mais c’est variable d’une application à l’autre. Si le lecteur multimédia fourni avec la tablette fonctionne correctement, impossible d’en utiliser d’autres qui offriraient une meilleure compatibilité avec plus de formats« , ajoute le blog. Le New York Times explique également qu’il manque « la finesse, ou le vernis de l’iPad » au Kindle Fire.

Enfin, même si le système d’exploitation qui l’équipe est basé sur Android, il faudra se passer de l’Android Market. L’OS mobile de Google a été trop modifié pour que son catalogue soit compatible avec cette version. De même, le choix de n’afficher sur l’écran d’accueil que les derniers éléments utilisés, livres, films, musiques ou applications confondus, ne serait pas très pratique.

« On a tendance à trop s’enfoncer dans l’interface pour qu’elle soit pratique, surtout lorsque l’on veut parcourir une longue liste de livres ou de films. On finit par mettre tout ce que l’on veut retrouver rapidement dans ses favoris. On aimerait pouvoir créer d’autres sous-catégories et séparer les différents éléments en fonction de leurs types » explique Engadget.

Pour ZDNet, Amazon a fait du bon travail en cachant les côtés compliqués d’Android, mais le site estime que l’appareil n’est bon « que pour les achats impulsifs et qu’il sera surtout intéressant pour Amazon qui l’utilisera pour vendre du contenu« .

L’excitation suite à sa présentation et, surtout, face à son prix pourrait donc vite retomber. S’il est logique qu’une tablette à 199$ soit moins performante que ses concurrentes parfois 4 fois plus chères, la lenteur et les limitations de son interface pourront être rédibitoires. De toute façon, aucune date de sortie en France n’a pour le moment été communiquée.

Partager sur les réseaux sociaux

Articles liés